Valeriy Luchkevych n’a pas su garder son calme…

Ricardo Sa Pinto avait plusieurs options lorsqu’il a dû remplacer Bope Bokadi, blessé. Il pouvait faire monter Orlando Sa et jouer avec deux attaquants, il pouvait faire monter Faruk Miya mais c’était peut-être risqué puisque c’était sa première sélection cette saison. Il aurait aussi pu lancer Dimitri Lavalée en défense centrale et faire monter Konstantinos Laifis en médian défensif mais lancer un jeune dans ce match et changer la charnière défensive était aussi un pari très risqué. Finalement, le coach portugais a décidé de décaler Paul-José Mpoku dans l’axe et Dieumerci Ndongala côté gauche et de faire monter Valeriy Luchkevych sur le flanc droit.

"J’étais un peu nerveux, c’est un gros match", reconnaît le jeune joueur de 21 ans. "C’est difficile d’entrer dans un match qui a cette intensité. À la mi-temps, le coach m’a dit de garder mon calme. Physiquement, je manque de rythme mais j’étais prêt et j’ai tout donné pour l’équipe."

Malheureusement pour lui, l’international espoir ukrainien - il rejoindra sa sélection durant la mini-trêve - n’a pas su garder son calme sur la plus belle occasion du Standard, juste après le 1-0 d’Henry Onyekuru.

"Que puis-je vous dire ? Je ne comprends pas comment j’ai pu rater ce but. Je ne peux pas dire que j’ai été surpris par le ballon, c’est juste incompréhensible. Mes coéquipiers m’ont dit : ‘C’est le foot’. Mais je peux vous dire que je ne vais pas dormir cette nuit !"

L’ailier droit était presque en larmes sur le terrain : il savait qu’il aurait dû permettre au Standard de revenir d’Anderlecht avec un point.

"On méritait un point minimum ! On aurait aussi pu gagner. Les deux équipes ont eu des occasions."

Mais la pièce est tombée dans le camp de l’équipe qui le méritait sans doute le plus.