C’était dans l’air depuis la fin de la semaine dernière, c’est désormais officiel, Mehdi Carcela est de retour au bercail. Le virevoltant joueur de flanc marocain, né à Liège, a paraphé hier un contrat de trois ans en bord de Meuse.

Il y a plusieurs semaines, le Standard avait ouvertement déclaré être intéressé par un retour de son enfant prodigue. Cependant, le dossier semblait difficile à conclure même si Anzhi, désireux de réduire sa masse salariale, n’était pas contre un départ de l’international marocain. Vendredi, un accord avait été trouvé avec le club russe. Comme pour tous les transferts entrants de cet été, Roland Duchâtelet aurait négocié une indemnité de transfert intéressante (avec un pourcentage à la revente) lui permettant d’offrir au joueur un plus gros salaire. Avec deux très belles offres en mains - l’AS Rome était aussi intéressé - Mehdi Carcela a finalement opté pour le choix du cœur.

Le médian a ainsi été représenté à ses supporters hier juste avant le coup d’envoi. "Je suis très heureux d’être de retour à la maison. Le Standard, c’est le club de mon cœur et ça le restera à jamais. Je suis né à Droixhe et j’ai débuté à Sclessin à l’âge de 4 ans. C’est une immense joie que d’être de retour."

Le médian gaucher, mais qui aime particulièrement le flanc droit, n’a pas hésité longtemps avant d’opter pour le Standard.

"Mon cœur a parlé. J’avais d’autres opportunités mais j’ai privilégié un retour à Sclessin. Ici, je suis chez moi."

Dès aujourd’hui, Mehdi Carcela, qui n’est pas retenu par des obligations internationales, va redécouvrir le noyau liégeois et se préparer activement au déplacement du 15 septembre à Ostende pour lequel il sera qualifié.

"J’ai vraiment hâte de retrouver le terrain sous le maillot rouche . Les supporters liégeois m’ont manqué. Je me réjouis de regoûter à l’ambiance des gros matches comme la venue d’Anderlecht à Sclessin, ces moments où tout le monde se tait dans le vestiaire tant les chants des fans sont puissants."

Après deux saisons en Russie, Mehdi Carcela déclare être un autre homme. "Lorsque j’ai débarqué à Anzhi, je n’étais qu’un enfant. Aujourd’hui, je suis un homme. J’ai beaucoup grandi à Anzhi au contact de grands, très grands joueurs. Désormais, il me tarde de reporter la vareuse rouge et blanche."

Comme un symbole, Mehdi Carcela portera le maillot floqué du numéro 33, celui de ses débuts à Sclessin.

De son côté, Guy Luzon ne cachait pas sa joie de compter l’enfant terrible de Sclessin dans son noyau.

"Je connais les qualités de Mehdi qui est un joueur extrêmement talentueux. Il va apporter de la concurrence sur les flancs. Je disposais déjà de trois très bons joueurs de couloirs qui sont Bulot, Mujangi Bia et Mpoku mais il m’en fallait un quatrième. Comme nous allons disputer 36 rencontres d’ici le mois de janvier, il ne sera pas de trop."

Le coach israélien a ensuite tenu, une nouvelle fois, à remercier son président.

"Au début de la saison, j’avais dit que j’avais confiance en mon président, qu’il ferait le maximum pour conserver le noyau actuel. Certains ont rigolé de moi. Regardez le résultat. En plus d’avoir conservé les cadres, le président a ramené de la qualité au noyau avec Ben Haim, Stam, Thuram, De Camargo et maintenant Carcela. Avec Roland Duchâtelet, le Standard a le meilleur président de Belgique."

Le mercato estival referme ses portes aujourd’hui. Guy Luzon ne craint cependant pas un départ de dernière minute. "On ne sait jamais ce qui peut arriver mais je fais confiance au président."