Obbi Oulare parle en connaissance de cause.

Quand il évoque le prochain adversaire du Standard, Obbi Oulare n’en dit que des choses positives. "C’est une belle équipe qui ne figure pas à la quatrième place du classement pour rien."

Si Malines avait eu le don susciter l’étonnement avec ses prestations en début de saison, il fait aujourd’hui partie des nombreux prétendants à une place dans le top 6 à la fin de la phase classique. Une réussite pas tellement étonnante dans le cas particulier du club promu.

"Les personnalités au sein de notre effectif sont bien équilibrées", se réjouit Thibault Peyre. "Il y a des jeunes et des joueurs d’expérience. Prenez un Igor De Camargo par exemple. Il a 36 ans mais affiche encore une mentalité exemplaire. C’est toujours lui le premier aux entraînements", salue le défenseur.

Et puis il y a Wouter Vrancken. Un coach jeune qui vit au plus proche de son groupe, et qui est resté fidèle à ses principes malgré le step entre la D1B et la D1A franchi l’été dernier.

Le tout combiné fait de Malines un nouvel adversaire redoutable à affronter pour le Standard. Un de plus après le FC Bruges, La Gantoise et Francfort.

"Cette rencontre ne s’annonce pas évidente pour nous", prédit Obbi Oulare. Le grand attaquant liégeois dresse un parallèle avec une autre formation qui a connu le même chemin : "Le FC Malines me fait un peu penser à l’Antwerp quand j’y évoluais il y a deux ans. C’est un gros collectif, composé de joueurs physiques, qui sait marquer quand il le faut."

Un domaine dans lequel le Standard a du répondant. Oulare en étant l’incarnation. D’autant plus s’il se met à être décisif comme contre Waasland-Beveren (un but) et Francfort (une passe décisive).

Et ce n’est que le début espère le principal intéressé. "Je vais profiter de la trêve internationale, qui tombe à pic, afin d’être bien pour la suite de la saison. J’aurai mon petit programme avec les préparateurs physiques", glisse-t-il dans un sourire.

Qui en dit long sur l’état d’esprit actuel d’Obbi Oulare.