Rob Schoofs : "Nous avons bien joué en 1re mi-temps avec de beaux goals et rapidement. Tout était parfait et nous n'avons rien concédé. Mais en deuxième mi-temps, nous aurions dû mieux faire, nous n'avons pas joué au football. Nous avons trop reculé et avons laissé le Standard revenir. Tout était présent pour avoir une belle 2e mi-temps mais ce n'était pas le cas. Mais le plus important, c'est que nous ayons gagné. Trois points face au Standard, c'est toujours important et nous faisons une belle opération au classement."

Arnaud Bodart : "On a eu une belle réaction en 2e mi-temps mais je ne sais pas pourquoi on n'a pas joué comme cela dès le début de la rencontre. On a les qualités mais c'est dans la tête. Les supporters sont mécontents à juste titre. Mais si on joue avec la peur au ventre, cela ne va pas aller. La seule solution, c'est de rester soudés. Ce n'est pas gai mais il faut accepter la situation. On a énormément de chance d'être footballeurs et beaucoup de gens aimeraient être à notre place. On a de la chance d'avoir de tels supporters. Je peux comprendre qu'ils montent sur le terrain pour montrer leur mécontentements. C'est contre les règles mais c'est comme cela. On ne peut pas accepter cette situation. On a montré la voie en seconde période. Il faut aller de l'avant et arrêter de réfléchir et de parler de tactique."

Mbaye Leye : Apres 15 minutes c'est 3-0, donc le match était plié. Après les débordements des supporters, c'était un match différent. Les joueurs ont peur de jouer, de prendre des décisions, de se lâcher. C'est ce qui arrive quand on a peur et c'est dommage qu'il faille les supporters pour provoquer un éléctrochoc. Ce club a besoin que les joueurs aient peur, mon job c'est de les entraîner, pas de leur crier dessus tout le temps,

Les jeunes ont besoin d'être accompagnés. Je suis la bonne personne pour entraîner le Standard. On va toujours continuer à faire le job ensemble. On a besoin d'avoir la même réaction, mais sans avoir besoin des supporters.