La crise couve au Standard, après les deux défaites de rang subie à Sclessin face à Anderlecht puis contre Saint-Trond. Et la semaine qui vient de s’écouler a été mouvementée, entre la mise à l’écart à venir du directeur sportif Benjamin Nicaise et les spéculations sur l’avenir du staff. Mais la vérité du terrain reprendra ses droits, ce vendredi soir. Avec un déplacement à Malines qu’on peut résumer en deux mots : victoire obligatoire.

"On doit rester solidaires", expliquait Mbaye Leye en conférence de presse ce vendredi. "Avec Bruno (Venanzi) et Alexandre (Grosjean), nous sommes en symbiose depuis le début de la saison et on continue de travailler, malgré les moments plus compliqués. Il n’y a que le travail qui va nous sortir de cette situation pour rendre le club plus fort."

Une situation qui met forcément le coach sous pression. "Mais mes épaules peuvent le supporter", continue Leye. "Je connais le monde du foot. Et je sais que je suis à la bonne place pour faire le job. Je ne suis pas inquiet pour mon avenir. Si je dois partir dans une semaine, dans trois mois ou dans six mois, les choses se feront. Mais le plus important, c’est de performer sur le terrain sur le terrain et de retrouver des résultats positifs."

Ce qui devra être le cas dès ce vendredi à Malines. Un match lors duquel les Liégeois seront toujours privés de Kostas Laifis, qui n’a pas encore repris l’entraînement collectif, et Bope Bokadi, qui suit son programme et a fait son retour à l’échauffement.