Cette finale, la cinquième de sa carrière, la première en tant que T1. Mbaye Leye a connu le même sentiment qu’en 2014 lorsqu’avec Zulte Waregem, il assiste, impuissant, à la joie de Lokeren. Mais en ce 25 avril 2021, la déception était sans doute décuplée. Ces 90 minutes constituaient une bouée de sauvetage bienvenue pour lui et ses hommes pour sauver une "saison de merde", comme il l’a qualifiée.

Mbaye, quel est votre sentiment après cette défaite cruelle ?

"En première période, les deux équipes ont proposé du jeu, avec du pressing des deux côtés. Deux équipes qui tentaient tout pour prendre le jeu à son compte. Après le repos, on est revenu sur le terrain dans la même optique mais le 0-1 change la donne. On a ensuite tenté de sortir. On savait que les individualités de Genk comme Bongonda et Ito pouvaient faire la différence. Mais je n’en veux pas à mes gars qui ont tout donné, ils sont revenus dans le match et ont tenté d’égaliser par la suite. Je suis fier de mes joueurs. Ils n’ont jamais refusé le jeu. La différence se trouvait dans le compartiment offensif de Genk."

Comme à Genk en championnat, vous encaissez sur une perte de balle. Des erreurs de jeunesse que vous ne condamnez pas ?

"Quand mes jeunes joueurs font des erreurs, je vois toujours tout ce qu’ils ont apporté au club auparavant. Sur le premier but, Hugo perd le ballon mais on parle là d’un des meilleurs donneurs d’assists du club qui a fait la différence à plusieurs reprises avant ce match. Je ne suis pas naïf, je sais que les jeunes peuvent commettre des erreurs aux moments cruciaux. Mais quand on crie haut et fort qu’on joue avec les jeunes, il faut accepter que cette jeunesse commette des erreurs. Je suis certains qu’ils joueront encore des finales et qu’ils en gagneront d’autres. Cette semaine, malgré la défaite, a été belle pour eux. Parfois, il faut accepter que tu joues contre une équipe meilleure ou un peu meilleure."

Vous auriez aimé voir vos joueurs se créer plus d’occasions ?

"On aurait pu être plus efficace dans nos transitions mais derrière, Genk, qui connaît bien ses lacunes, a fait le job en reconversion défensive. Il fallait être plus saignant de notre côté dans les duels un contre un car ce sont eux qui ont décidé du match et je n’ai pas besoin de vous présenter Bongonda et Ito. Comme vous l’avez précisé, on encaisse le même but qu’à Genk en championnat dans une saison compliquée, d’apprentissage. Mais je tiens à le souligner, ce n’est pas à cause de la jeunesse qu’on perd, c’est juste qu’il y avait une équipe plus dominante en face."

Il reste une seule option pour arracher un ticket européen.

"Ce n’est pas le plus évident quand tu as une saison de merde, que tu as perdu la Coupe et que tu joues les PO2. Mais ceux qui me connaissent savent qu’il n’y aura pas de répit. Il y a un ticket européen au bout des PO2 et on fera tout pour aller le chercher. Même si on avait remporté la Coupe, j’aurais tenu le même discours."

Les PO2, vous allez sans doute les commencer sans Sissako qui sera suspendu.

"On va encore parler de jeunesse. Mais il est vrai que, commettre cette faute à cet endroit du terrain juste après que l’arbitre ait donné trois minutes de temps additionnel, cela tue le match. On aurait pu l’éviter. Mais concernant Moussa, ce carton rouge ne va rien changer à ce que je pense de lui. Je l’ai vu évoluer la saison dernière et encore après mon retour alors qu’on ne pensait peut-être pas qu’il pourrait apporter quelque chose."

Balikwisha a commencé à la place de Muleka, pourquoi ?

"C’est un choix tactique. En championnat, à Genk, on avait opté pour cette solution pour bloquer la construction des deux numéros six Limbourgeois. Jackson devait entrer dans le money time. Cela a été le cas tout comme Mehdi ou encore Max Lestienne."