Seraing, Courtrai, le Club Bruges et désormais Eupen. Quatre matches, quatre victoires pour Mbaye Leye en Coupe de Belgique. Une compétition qui lui a bien réussi en tant que joueur et qui semble aussi lui sourire comme entraîneur.

Mbaye, la saison ne s’est pas terminée prématurément. Un soulagement ?

"C’était un match important. Je l’ai répété avant la rencontre : on vit une saison difficile où ça ne veut pas rentrer. On a presque fait le même match qu’à Mouscron mais on a pu compter sur un éclair de génie d’un de nos leaders techniques en la personne de Selim Amallah. On a besoin de joueurs comme lui pour faire la différence. Pour avoir cette efficacité. Dans l’ensemble, je suis content de ce que nous avons montré. C’est dans ce genre de rencontres qu’on grandit, en montrant du caractère. On voulait aller en finale. Le job est fait. Mais une saison, ce n’est pas juste aller en finale. Il faut soulever la coupe pour que ce soit parfait. On est en finale mais on a juste fait un pas. Mais on doit aussi penser au championnat."

Vous avez douté quand Musona a trouvé la barre ?

"Non car j’avais confiance en mes joueurs, pour qu’ils fassent la différence. Pour moi, le tournant du match n’est pas cette frappe sur la barre mais le coup franc de Peeters en fin de rencontre. Là, je n’étais pas à l’aise."

Cette place en finale est la récompense d’un parcours qui n’a pas été simple.

"C’est un beau parcours. On a joué sous la pluie à Seraing, sur un terrain gelé à Courtrai, face à la meilleure équipe de Belgique contre Bruges. Et nous venons d’éliminer Eupen, une équipe de qualité. On va mettre les mêmes ingrédients en finale."

Anderlecht ou Genk, vous avez une préférence ?

"Dans tous les cas, on ne sera pas favori car ce sont deux bonnes équipes. On sera le petit Poucet. Mais il faudra le faire. Une finale, il faut la gagner, je l’ai dit aux garçons."

Cette qualification va vous libérer pour la fin de la phase classique ?

"Je pense que les garçons sont déjà libérés. Mais on manque d’efficacité. On sort d’un trois sur 21 et on veut regagner le plus vite possible, dès vendredi à Genk. Depuis début janvier, on a mérité de perdre deux matches : au Club Bruges, qui était meilleur, et contre Anderlecht, où nous n’avons pas été à la hauteur. On a eu les occasions de gagner tous les autres matches mais on a besoin d’efficacité et de régularité. Nous sommes le Standard de Liège et on ne va pas accepter de rester dans cette dynamique négative en Pro League, car on n’a encore rien en main. On doit aussi se focaliser sur le championnat. On a encore la possibilité de jouer les PO1 ou les PO2. La saison ne peut pas se finir si tôt pour un club comme le Standard."