Ses coéquipiers l’ont souvent charrié avec ce surnom. Au Congo, Bope Bokadi était appelé… Zidane. En référence à sa technique au-dessus de la moyenne et la position qu’il occupait, celle de numéro 10.

Et ce samedi, le numéro 20 des Rouches a rappelé pourquoi ce surnom n’était pas usurpé, avec un splendide retourné acrobatique qui a fini au fond des filets d’un Ortwin De Wolf trop avancé.

“Ce but, je le sentais”, avouait le Rouche. “Vendredi, j’avais parlé avec des équipiers et je leur avais dit que j’allais marquer. Mais pas spécialement comme ça (rires). Ce but me fait plaisir et il me rappelle de bons souvenirs. J’avais déjà marqué de la sorte par le passé. On va dire que j’ai de bons restes.”

Malgré son large sourire, Bokadi ne cachait pas que le point arraché par le Standard était “miraculeux”, tout en soulignant la “bonne mentalité” du collectif liégeois. Un collectif qu’il a incarné en switchant d’une position de défenseur central à celle de médian après l’exclusion d’Eden Shamir. “Je suis polyvalent et le coach m’a demandé d’avancer d’un cran. Moi, je joue où on me le demande pour rattraper le temps perdu avec mes blessures.”

Ce qui ne l’empêche pas de conserver une certaine lucidité sur le niveau actuel du Standard. “La mentalité est bonne mais il va falloir retrouver notre football. On doit continuer à travailler pour repartir sur des bonnes bases.” En commençant par la réception de Poznan, jeudi. “Contre qui j’espère encore marquer”, termine-t-il en souriant.