Standard Même face à une équipe de Genk qui a bien fêté son titre, MPH reste méfiant.

Le Standard revient de loin. En battant le Club à 10 contre 11 durant une heure, les Liégeois ont profité de la défaite de Gand à l’Antwerp pour retrouver la 3 e place. C’est-à-dire celle qu’ils occupaient au début des playoffs 1.

Et au moment de se rendre à Genk pour le dernier match de PO1, les Rouches n’ont qu’un objectif en tête : conserver cette position qui pourrait les qualifier directement pour la phase de groupe de l’Europa League (si Malines, vainqueur de la Croky Cup, est privé d’Europe par l’UEFA). Et ainsi éviter de disputer le barrage européen du 26 mai prochain, face au vainqueur des PO2 (Charleroi ou Courtrai).

Pour ce faire, les hommes de Michel Preud’homme vont devoir faire preuve du même caractère et de la même envie que face au Club, jeudi soir. "Quand on joue contre des machines comme Bruges et Genk, on cherche des solutions", indique le coach liégeois. "Face au Club, on a un peu changé notre fusil d’épaule dans l’approche (avec un 4-4-2) mais même en infériorité numérique, les joueurs n’ont rien lâché. Chapeau à eux. Ce n’est pas mal pour une équipe à l’agonie avec une mauvaise ambiance. Contre Bruges, nous avons eu la réussite que nous n’avions pas eue dans certains matchs. Je le répète depuis quelques semaines : les PO1, ce sont les montagnes russes."

Reste à savoir s’ils se termineront en beauté ou non. Face à une équipe limbourgeoise qui risque d’avoir la tête à l’envers après avoir fêté dignement son titre. Un avantage ?

"D’abord, félicitations à Genk. Mais dans ce genre de circonstances, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Ils vont être survoltés, champions, donc ça ne va pas être facile. Maintenant, il y aura peut-être un peu de fatigue, un peu de relâchement, à nous d’en profiter. Je me souviens d’un match avec Malines, en tant que joueur. On venait de gagner la Coupe d’Europe - cela arrivait encore pour un club belge à cette époque - et on a fait la fête durant plusieurs jours. Puis on recevait Anderlecht dans un match sans enjeu car on n’avait plus d’ambition en championnat. Et on a survolé ce match 3-0. Peut-être avec certains mouvements inhabituels dus à l’alcool. Espérons donc que Genk ne soit pas aussi positif que nous l’étions", souriait MPH, qui aura un œil attentif sur ce qu’il se passe au Stade Jan Breydel. "Je compte surtout sur Bruges pour faire le job et battre l’Antwerp. Et là, on sera troisième."