Trois jours après son partage convaincant au Club Bruges (1-1), le Standard reçoit déjà Waasland-Beveren.

Mais à la veille de ce match, les critiques de Philippe Clément sur le style de jeu du Standard (marquage très strict sur Vormer et Vanaken et philosophie défensive) résonnent encore dans la tête de Michel Preud’homme. "Nous n’allions pas laisser un joueur libre pour leur faire plaisir", rétorquait le coach liégeois en conférence de presse ce mardi. "Je pense que dans certaines situations de matches, chaque équipe, même Bruges, se regroupe à 9 ou 10 dans son rectangle. C’est logique. Mais qu’on ne vienne pas nous dire que nous sommes uniquement une équipe organisée. On a montré à plusieurs reprises, comme à l’Antwerp par exemple, qu’on savait pratiquer un football dominant. Si Philippe, qui est mon ami, a dit ça, c’est peut-être qu’il a une grosse pression sur les épaules car avec le noyau qu’il a, il est presque obligé d’être champion. Cela le rend peut-être un peu nerveux et frustré. Cela m’est déjà arrivé aussi par le passé, je ne vais pas le cacher, après des rencontres face à des équipes qui nous avaient beaucoup ennuyées. Donc quelque part, c’est peut-être un compliment qu'il nous a fait."

Au Stade Jan Breydel, le Standard a montré qu’il était capable de rivaliser avec le Club sur un match. Et pour le titre aussi ? "Je pense que Bruges, avec son évolution, est le grand favori car il est l’Anderlecht du passé : le club le plus fort, le plus riche, le plus structuré. Et nous, notre rôle, c’est de les ennuyer le plus longtemps possible."

Cela passera par une victoire face à Waasland-Beveren, ce mercredi à Sclessin (20h30) pour rester dans le sillage des Blauw en Zwart. "Mais il ne faut pas croire que ce sera un match facile. La saison dernière, Waasland-Beveren menait 0-3 chez nous à la 49e minute avant qu’on renverse miraculeusement le match. On va devoir faire le boulot de la même manière que ces dernières semaines."

Ce sera sans Boljevic (élongation à l’ischio-jambier), qui sera absent quelques jours. L’autre ancien joueur de Waasland-Beveren, Renaud Emond, a, lui, fait son retour à l’entraînement mais il n’est pas encore sélectionné, au même titre que Réginal Goreux.

Le noyau liégeois (20 joueurs) : Bodart, Milinkovic-Savic, Gillet, Vanheusden, Laifis, Lavalée, Fai, Gavory, Miangue, Vojvoda, Bastien, Cimirot, Amallah, Mpoku, M. Carcela, Lestienne, J. Carcela, Avenatti, Oulare et Cop.