Vent de panique ce jeudi à l’Académie. Alors que Philippe Montanier était attendu pour son traditionnel point presse d’avant match, ce sont finalement Alexandre Grosjean et Mickaël Debève qui se présentaient à sa place.

La cause ? Un test Covid, effectué la veille, douteux et nécessitant une contre-analyse tout comme ce fut le cas pour Selim Amallah. N’attendant pas les résultats définitifs, et décidant de jouer la carte de la transparence là où d’autres, quelques jours plus tôt, avaient été plus opaques, les Rouches ont pris les devants en mettant le médian marocain (il s’est entraîné seul) et le T1 français à l’écart. Finalement, les deux hommes sont bien négatifs et ils pourront poursuivre la préparation du déplacement de samedi à OHL.

À Louvain, les Standardmen auront à cœur de confirmer leur très bon début de saison et surtout, leurs bonnes dispositions à l’extérieur après un six sur six, ce qui n’était jamais arrivé la saison dernière.

"Il y a eu un travail mental effectué par le club avec des personnes qui sont là pour aider les joueurs à exploiter tout leur potentiel. Pour le moment, c’est positif. Je ne peux pas parler des saisons précédentes, mais depuis que nous sommes arrivés, il y a eu beaucoup de réunions, de discussions entre l’entraîneur, le staff, les joueurs et la direction", précisait Mickaël Debève.

Le fidèle T2 du coach français a également touché un mot sur la dernière recrue, Jackson Muleka. "C’est un profil tout à fait différent qui vient renforcer un secteur offensif qui, pour l’instant, a été plutôt efficace. Ça va donner d’autres options au coach. C’est un joueur dont on avait besoin et qui va devoir s’adapter car on compte beaucoup sur lui. Il faut désormais trouver des complémentarités avec les autres joueurs mais on est plutôt optimistes par rapport à ce qu’on a vu jusqu’à présent."

Selon Mickaël Debève, il faudra être patient avec le Congolais. "Il faut lui laisser le temps, ne pas précipiter les choses. Il y a souvent des risques quand des joueurs qui viennent juste d’arriver sont rapidement utilisés. Nous, on a choisi la prudence, de bien travailler et de rattraper le retard qu’il a. Je pense que quinze jours à trois semaines, c’est une marge assez large pour qu’il soit opérationnel. Quant à ses qualités, c’est un chasseur de buts. on voit qu’il a déjà pas mal travaillé dans son ancien club. Il va vite s’intégrer dans notre collectif."