Standard Michel Preud’homme affirme que ses joueurs sont cuits.

"Avouons-le, nous étions stressés quand l’Antwerp a fait 1-2. Bien sûr qu’on écoutait ce qui se passait de l’autre côté. Affirmer le contraire, c’est n’importe quoi. Cela influence tes choix. Mais merci à Bruges qui a fait son boulot."

Michel Preud’homme était visiblement soulagé du tournant qu’a pris la fin de la saison. Il a atteint son objectif et peut tirer le bilan avant de penser à la suite.

Le jeu : "On doit jouer organisés. Nous n’avons pas les ressources physiques nécessaires pour faire plus. Je préférerais évoluer d’une autre manière mais ce n’est pas possible. Regardez Cimirot ; il est lessivé tant il a joué."

La saison : "Cette troisième place est méritée. On ne pouvait pas rivaliser avec Bruges et Genk. On a essayé. Parfois en jouant le foot que j’aime mais pour jouer de la sorte, il faut un physique énorme et on n’a pas pu le tenir. Nos deux visages ne viennent pas d’un souci de volonté mais de capacité. Le physique a beaucoup pesé. "

La préparation : "Beaucoup de joueurs ont des devoirs internationaux. Les vacances seront courtes et la préparation compliquée. Je l’avais annoncé. Pour bien faire, il faudrait acheter des joueurs déjà formés mais ce n’est pas possible en Belgique."

Les transferts : "Je vais prendre le temps de la réflexion. Il est important de mettre une structure en place qui tourne convenablement et sans trop d’efforts. Il n’est pas simple de mettre cela en place tant il y a de facteurs à prendre en considération. Il faut se battre sur beaucoup de fronts. Si c’était facile, ils n’auraient pas fait appel à moi."