Selon Nacho Gonzalez, les Standardmen cherchent encore le bon équilibre

LIÈGE Après le premier succès de la saison acquis au détriment de Waasland-Beveren, les Rouches soufflent un peu. Avant cette victoire, les hommes de Ron Jans ont fait douter observateurs et supporters avec cette défaite à domicile face à Zulte et ce nul blanc au Lierse. Dans le vestiaire, le doute commençait à s’installer. “On ne va pas mentir: après les deux premiers matches, la confiance du groupe était un peu entamée. C’est normal. Personne ne s’attendait à un tel début de championnat de notre part” , précise Nacho Gonzalez.

Ce dernier admet également que le Standard est loin d’être au point. “Le succès de la semaine dernière a fait du bien. On a fait le plein de confiance. Certes, le jeu proposé n’est pas encore alléchant. Mais on travaille tous les jours pour arriver à ce que nous voulons montrer et trouver le bon équilibre. Ce qu’il faut pour y arriver ? Du travail mais aussi des points. On a besoin d’une série de victoires pour être totalement lancés.”

Cette saison, Gonzalez est plus que jamais le dépositaire du jeu liégeois. Dans l’axe de l’entrejeu, il doit animer les offensives rouches . “Buyens et Vainqueur m’aident énormément dans ma tâche. Grâce à eux, je peux être plus offensif. Je ne dirais pas que toute la créativité du jeu repose sur moi. Il y a également Bulot, Ajdarevic ou encore Seijas qui peuvent faire la différence.”

Du haut de ses 30 ans, Gonzalez doit faire profiter les jeunes de son expérience. “C’est la même chose pour des gars comme Poco, Jelle, William et Réginal. En tant que joueurs les plus expérimentés, nous devons prendre nos responsabilités.”

Ce qu’a fait Gonzalez face à Waasland-Beveren en transformant le penalty qui a scellé la victoire des siens vendredi dernier. L’Uruguayen est d’ailleurs le tireur attitré. “J’ai été désigné comme le premier tireur. J’ai toujours frappé les penalties. Jusqu’à présent, j’en ai converti 12 et raté un seul. C’était mon tout premier en 2004-2005. Le score était de 1-1 mais fort heureusement, j’ai marqué cinq minutes plus tard.”

Si le portier carolo pense avoir décelé le truc de l’Uruguayen, qu’il ne se réjouisse pas trop vite. “Je change constamment ma façon de tirer...”



© La Dernière Heure 2012