Dimanche, contre Charleroi, le Standard a réussi à tenir le zéro pour la première fois de la saison.

"Cela fait du bien de ne pas avoir pris de but contre le leader, qui avait marqué les cinq matchs précédents (NdlR : c’était la première fois cette saison, préparation comprise, que Charleroi ne marquait pas). C’était un grand test pour voir nos capacités et nous l’avons réussi avec grande distinction", commente Ricardo Sa Pinto.

Pour les Standardmen, c’était important pour la confiance. Surtout pour les défenseurs, pointés du doigt après le 0-4 contre Zulte Waregem et le 4-0 à Bruges.

"On avait besoin de cette première clean-sheet ", confirme Konstantinos Laifis. "On avait aussi besoin de stopper la série de défaites. On doit oublier ce qui s’est passé avant et prendre un nouveau départ. La semaine d’entraînement s’est très bien passée, on est prêt à prendre les trois points dimanche. On sait qu’on progressera au fil des matchs."

Pour confirmer à Eupen, dimanche soir, le Standard tentera de conserver ses filets inviolés une deuxième fois d’affilée. Ce ne sera pas simple : deux clean-sheets consécutives, ce n’est plus arrivé depuis près d’un an ! La dernière fois, c’était le 25 septembre 2016 contre… Eupen. Lors de ce match, le Standard avait même enchaîné une troisième clean-sheet (2-0 contre Genk, 0-1 à Lokeren et 3-0 contre Eupen).

Contre Charleroi, la première clean-sheet a coïncidé avec le premier match cette saison de Christian Luyindama, aligné aux côtés de Laifis dans l’axe de la défense. Au détriment d’Alexander Scholz. "Pour moi, l’un ou l’autre, c’est pareil", assure l’arrière central chypriote. "Je peux jouer avec n’importe qui. Ce sont tous les deux des bons joueurs."

Pour José Jeunechamps, entraîneur ad interim des Rouches durant les playoffs 2, la paire Scholz-Laifis est trop tendre et Luyindama apporte une agressivité nécessaire dans la défense liégeoise. "La saison passée, personne n’était bon", élude Laifis. "Maintenant, tout le monde joue avec une saine agressivité et donne le maximum. Je le répète, c’est une nouvelle saison."