Benjamin Nicaise s'attend à une opposition comparable à celle de l'équipe nationale espagnole

SCLESSIN Pour expliquer le manque de rendement du Standard en championnat, certains évoquent l'absence de Marouane Fellaini.

"Jusqu'à preuve du contraire, Marouane ne marquait pas trois buts et ne sauvait pas trois ballons sur la ligne chaque match. Avec tout le respect que j'ai pour ce qu'il a fait ici, c'est une excuse facile de dire que si on fait de moins bons résultats c'est parce que Marouane manque" , commente Benjamin Nicaise.

Celui qui a succédé au solide Diable Rouge au poste de médian défensif (même si le système n'est pas exactement le même) ne prend pas cela comme une critique personnelle.

"J'ai passé l'âge d'être piqué par une critique ou de m'inquiéter d'une comparaison. Je ne suis pas Marouane, on a chacun nos qualités mais cela vaut pour tous les joueurs."

Benjamin Nicaise espère, lui aussi, que le Standard évoluera à son meilleur niveau ce soir.

"L'Uefa peut nous transcender. L'euphorie du début de saison nous a peut-être fait oublier les devoirs qui sont les nôtres en championnat. Même si on reste en bonne position au classement."

Place, à nouveau, à la Coupe d'Europe. Contre une équipe qui pratique un football auquel le Standard n'a pas été confronté cette saison.

"Je pense que toutes les équipes espagnoles jouent dans le style de l'équipe nationale, même s'il n'y a pas que des Espagnols dans les clubs. Avec le championnat brésilien, c'est le plus technique du monde. Les Anglais, on savait qu'on pouvait les embêter avec notre fighting spirit. Ici, on sait qu'il faudra plus que cela. L'entame de match sera déterminante : il faut éviter d'encaisser et éviter de se mettre dans une situation comme à Genk, où tu ne touches pas le ballon les 20 premières minutes."



© La Dernière Heure 2008