La saga est enfin terminée. Exclu face au Beerschot mercredi dernier, Noë Dussenne avait d’abord reçu une proposition de quatre matchs de suspension, dont un avec sursis. Après le passage devant le Comité disciplinaire, vendredi passé, la sanction avait été réduite à deux matchs, dont un avec sursis. Finalement, le Standard avait à nouveau fait appel de cette décision dimanche matin, ce qui a permis au défenseur des Rouches d’être aligné face à Charleroi dimanche après-midi. Mais cette fois, la sanction est restée la même.

Noë Dussenne loupera donc le derby liégeois face à Seraing. 


Le dernier recours liégeois avait donc ce mardi, devant le Conseil disciplinaire. L’avocat liégeois, Maître Bouchat, a mis en avant plusieurs éléments. "Si l’on regarde l’action, la première faute est celle de Monsieur Vaca, qui retient Monsieur Dussenne", précise le conseil liégeois. "Ce dernier ne regarde même pas son adversaire et ne change pas la trajectoire de sa course. A aucun moment, il ne fait un geste intentionnel vers son adversaire. De plus, le casier judiciaire a été retenu comme une circonstance aggravante alors qu’il a été exclu à trois reprises en dix ans de carrière mais jamais pour un comportement violent. Ce casier joue plutôt en sa faveur. Nous vous demandons de juger l’exclusion plus que suffisante. Aucune sanction supplémentaire ne doit être imposée. Et si c’est le cas, cela doit être du sursis"

Noë Dussenne, lui, a rappelé que son geste n’était pas du tout volontaire. "Avoir été exclu si tôt dans le match, à la 55e minute, a déjà été une sanction difficile. Je ne suis pas un joueur méchant, je n’ai jamais joué avec les coudes. Je pense que vous me connaissez : je suis un gentleman sur le terrain."