Quatre buts inscrits sur les cinq frappes cadrées, une clean-sheet, la huitième de la saison, et un retour dans le top 8. Le bilan de la soirée de Mbaye Leye et des Rouches à Eupen est parfait. Ils peuvent désormais regarder tranquillement leurs concurrents sur lesquels ils ont sérieusement mis la pression.

Et pourtant, en début de rencontre, Mbaye Leye n’était pas satisfait par la prestation de ses troupes.

"On a eu beaucoup de chance sur le premier quart d’heure de ne pas être réveillé par cette équipe d’Eupen. Seul Arnaud Bodart était à niveau. Si Eupen ouvre le score, on peut s’en mordre les doigts. On est entré dans le match au fur et à mesure. Mais je vais juste me consoler avec le score car c’est important pour le club et les joueurs. On va peut-être voir la petite lumière avec les PO2."

Vendredi soir, les Liégeois auront été efficaces mais leur coach ne retient pas que ça. "L’efficacité on l’a eue mais on reste encore cette équipe à réaction. On a réagi à notre premier quart d’heure. Cela peut arriver à une équipe très jeune. Ensuite on a réussi à les mettre en difficulté. Le plus dur était d’ouvrir le score, de les obliger à sortir et d’être moins dans l’organisation."

Une nouvelle fois, Mbaye Leye a donné de la voix pour guider ses hommes et cela a payé.

"J’aide les joueurs dans le replacement mais ils savent le faire. Je les harangue car j’ai envie d’être avec eux, même s’ils savent le faire sans moi, cela fait partie du coaching. Je veux rester dynamique et actif. Ils sont jeunes."

À Eupen, le T1 a dû composer sans l’un de ses meilleurs joueurs du moment, Bope Bokadi. Fort heureusement, cela n’a pas prêté à conséquence.

"Jeudi, il avait encore mal aux adducteurs. C’est une douleur qu’il a ramenée de son voyage au Congo et compte tenu de nos échéances, il ne faut pas faire d’erreur. Je pense qu’il sera là contre le Beerschot."

Le coach principautaire a également évoqué la sortie de Nicolas Raskin. "Il était malade et n’a pas beaucoup dormi mais le matin, il se sentait prêt. Cela ira mieux dans quelques jours." Et Mbaye Leye de conclure sur l’homme de la rencontre, Selim Amallah. "Il a vu que c’était compliqué de rentrer dans le match. Cela l’a énervé car il est exigeant envers lui-même. Marquer l’a libéré et il a fait preuve de caractère après la pause."