Déçu, voire en colère, Philippe Montanier a montré une facette de lui qu’on n’avait pas encore vue depuis son arrivée en bord de Meuse. Très digne et mesuré dans ses propos, le coach français n’y est tout de même pas allé de main morte avec ses joueurs, une façon, sans doute, de provoquer un électrochoc chez ces derniers avant le déplacement à Saint-Trond dimanche.

"Je suis déçu parce qu’on n’a pas joué un match d’Europa League, lançait-il. On vaut mieux que ça et on ne l’a pas montré, surtout après être passé par trois tours préliminaires. Ce n’est pas suffisant, il fallait élever notre niveau de jeu, individuel et collectif, et on ne l’a jamais fait."

Pourtant, en première période, les Liégeois tenaient la dragée haute aux hommes de Steven Gerrard. "C’était équilibré, c’est vrai, reconnaît Montanier. Ensuite, on prend ce but sur penalty qui survient après une faute de main faite par inadvertance. On a eu quelques belles réactions, notamment avec ces reprises sur la barre tandis qu’Arnaud n’avait plus rien à faire."

Après la pause, les Rouches ont été pris dans le tourbillon. "Les intempéries n’aident pas. Évidemment, la météo, c’est pour les deux équipes mais, lorsque vous êtes menés et que vous poussez pour égaliser, cela ne vous favorise pas, que du contraire."

Mais ne comptez pas sur Philippe Montanier pour avancer l’excuse météorologique pour expliquer ce premier revers à domicile en six ans sur la scène européenne. "Après la pause, il fallait élever le niveau de jeu face à un adversaire qui était bon dans les duels et dans la technique. Si on aspire à bien figurer dans ce groupe, ce n’est pas du tout suffisant."

Et le coach de commenter la fin de match qui a vu Duje Cop louper l’égalisation quelques instants avant que Kemar Roofe ne crucifie les siens. "Là où on n’arrive pas à la mettre au fond à sept mètres, eux le font à plus de 40 mètres. Cette phase résume le match de jeudi soir." L’efficacité n’aura pas été au rendez-vous et c’est ce qui fâche Philippe Montanier.

"La grosse frustration vient du fait qu’on a mis tous les offensifs possibles sur la pelouse avec les entrées d’Oulare, Avenatti, Carcela et Cop sans résultat. On ne peut pas tout le temps se reposer sur notre défense. C’est mathématique, pour gagner, il faut marquer un but de plus que l’adversaire. On a eu quelques opportunités mais, en seconde période, le gardien écossais n’a rien eu à faire."

Le coach des Standardmen est également revenu sur la sortie de Jackson Muleka à la pause. "Il avait une gêne aux ischios et je n’ai pas voulu prendre de risque. Aussi, je n’étais pas satisfait de sa prestation."

Quant à l’absence du public (la jauge a été réduite de moitié par rapport au match contre Bruges), Philippe Montanier n’en tient pas compte dans l’analyse finale. "Si vous n’êtes pas motivés pour un match d’Europa League face aux Rangers, vous devez changer de métier. Les Rangers, eux, jouaient à l’extérieur sans leur public et ils ont réalisé une belle prestation. J’ai dit aux joueurs de ne pas avoir de regret car, quand on n’est pas au niveau, on n’a que ce qu’on mérite. Après, les joueurs ne l’ont pas fait exprès, ils sont tous déçus. Il faut apprendre de cette défaite."

"Roofe ? C’est inadmissible…"

Après la rencontre, Samuel Bastien et Arnaud Bodart reconnaissaient que les Rouches ont eu "un jour sans" et qu’ils n’ont pas été à la hauteur de l’enjeu. Ils étaient aussi fâchés sur Roofe et sa célébration. "Il marque un superbe but mais courir jusqu’à nos supporters pour les narguer ne servait à rien. Ses gestes sont inadmissibles. Ce n’était pas nécessaire…"