L’effet de surprise a disparu. En disposant du Club Bruges, le Beerschot a lancé un message fort à la concurrence. Il n’a pas été promu pour faire de la figuration. Philippe Montanier le sait mieux que personne.

"On est prévenus. Au vu de leurs récentes performances, on se rend compte que ce match s’annonce très difficile. C’est la belle surprise de ce début de championnat", salue le coach. "Ils ont pris le maximum de points en marquant six buts."

Et défensivement c’est solide aussi du côté du Kiel. Les hommes de Hernán Losada n’ont plus encaissé plus d’un but par match depuis le… 26 octobre 2019. "Mais le Beerschot ne se résume pas à l’organisation défensive", poursuit Montanier. "La construction est de très grande qualité, ils sont très adroits et vont très vite."

Robuste derrière, le Standard l’est aussi. Et a les armes pour tenir le choc à ce niveau. Mais c’est surtout à l’autre bout du pré qu’il devra monter dans les tours. "À l’heure actuelle, ce n’est pas suffisant. Notre ratio de centres réussis n’est pas assez élevé et nous devons mettre davantage le gardien adverse en difficulté", analyse le Français. "On doit s’inspirer de notre deuxième mi-temps à Beveren. On avait trouvé les failles face à un bloc regroupé."

Observateur attentif, Philippe Montanier glisse un dernier compliment à son futur adversaire. "Ce sera peut-être l’outsider en Pro League cette saison. Mais notre mérite n’en sera que plus grand si on parvient à signer un bon résultat."