Pocognoli relativise : “La saison passée, on a eu mal jusqu’en mars…”

BRUXELLES Sébastien Pocognoli est l’un des rares Standardmen à avoir gardé la tête hors de l’eau, hier soir, à Anderlecht. Mais cela n’a pas empêché le Standard d’encaisser cinq fois.

“On doit se poser les bonnes questions”, lâche le back gauche, qui ne s’est pas débiné aux interviews. “Il y a beaucoup d’enseignements à tirer. Collectivement, on a laissé trop d’espace à Anderlecht. Derrière, on avait l’impression qu’ils avaient un joueur en plus entre les lignes. C’était difficile de défendre.”

Pourtant, ce n’était que 1-0 à la mi-temps.

“Tout était encore possible mais on prend vite le 2-0. Sur phase arrêtée, comme à Genk. On est bon sur les phases arrêtées offensives mais défensivement cela ne va pas. À 2-0 à Anderlecht, cela devient difficile. On n’a pas vu de réaction.”

Offensivement , le Standard n’a rien montré après les escarmouches du début de partie.

“On a subi le match car on n’a pas respecté les consignes. On était mal placé, mal organisé”, souligne Poco. “Quand on subit de la sorte, c’est difficile de sortir et d’amener le danger dans le camp adverse.”

Le Standard affiche un bilan de 15 sur 30 et n’a toujours pas gagné en déplacement. Dans les gros matches, comme à Genk, à La Gantoise et hier à Anderlecht, les Rouches se sont toujours effondrés.

“Mais si l’on regarde l’ensemble des gros matches, on a aussi fait des bons résultats contre Copenhague ou à Hanovre. Ce soir, cela n’a pas été. Il faut tirer les leçons. 1-0 ou 5-0, c’est zéro, point. Je ne me souviens pas d’avoir subi un tel revers, mais je ne me souviendrai pas de celui-ci non plus. J’ai déjà connu de belles victoires lors des clasico mais il faut chaque fois passer à autre chose et regarder vers l’avant. La saison passée, on a aussi eu mal pendant toute la saison, jusqu’au mois de mars. Puis on a réussi quelque chose d’exceptionnel. Il ne faut pas tirer les enseignements trop tôt. Il sera le temps de le faire quand on reviendra ici, en fin de saison. Maintenant, ce qui compte, c’est de profiter de jeudi, en Europa League contre Vorskla Poltava, pour inverser directement la tendance.”

© La Dernière Heure 2011