Michel Preud’homme commente la montée en puissance du portier liégeois.

Mercredi soir, Arnaud Bodart n’aura finalement pas eu la soirée tranquille escomptée au moment du tirage au sort. Face aux pensionnaires de D2 amateurs, le portier liégeois aura été mis à contribution plus que de raison. L’occasion pour lui de prouver qu’il prend de plus en plus d’ampleur entre les perches rouches.

"Arnaud a eu un arrêt important, dans les pieds, en début de seconde période. C’est le genre de ballon compliqué qu’il sait bien gérer", précisait Michel Preud’homme après la qualification des siens. L’ancien meilleur gardien du monde (1994) se disait ensuite satisfait de l’évolution du jeune gardien de 21 ans.

"On a pu constater, durant plusieurs matchs, qu’il s’installe vraiment bien à ce poste. Après ses débuts, il y avait plusieurs points d’interrogation du monde extérieur mais nous, on connaissait ses qualités. L’idée, c’était ensuite qu’il franchisse un cap et c’est, je pense, ce qu’il est occupé à faire pour le moment. Il prend de l’assurance et il rassure toute l’équipe."

Michel Preud’homme s’est également dit satisfait de l’état d’esprit de ses hommes face à une modeste opposition. "Rebecq a bien commencé la rencontre avec un pressing haut. De notre côté, on était trop statiques pour déstabiliser cette équipe bien organisée. Ensuite, si on convertit ce penalty, on s’envole vers une victoire plus rapide et davantage aisée. Est-ce que j’ai parlé à Duje Cop à la mi-temps ? Non, car cela aurait été mettre le doigt sur ce qui ne va pas. De manière générale, le travail a été réalisé avec sérieux mais sans brio."

"On doit tenir notre rang dans cette coupe"

Buteur, Aleksandar Boljevic ne retenait que la qualification. "Ce genre de matchs n’est jamais simple parce qu’il y avait quelques changements dans notre équipe et les joueurs de Rebecq voulaient montrer quelque chose. Ils rêvent de jouer ces affiches et n’ont pas été mauvais."

Malgré un match qui n’était pas "le meilleur" des Rouches, le Standard a donc rendez-vous en quart et connaîtra son adversaire ce soir. "On est l’une des plus grandes équipes encore en course. Maintenant, on doit essayer d’aller chercher le titre, le deuxième trophée le plus important en Belgique. On verra contre qui on jouera mais on doit tenir notre rang dans cette compétition."

"Avant, personne ne connaissait Rebecq"

À l’issue de l’élimination, c’était tout de même la fierté qui dominait dans le chef du coach de Rebecq, Dimitri Leurquin. "On a bien entamé le match en ne laissant rien au Standard. À la mi-temps, on s’est dit qu’on avait peut-être un coup à jouer. On a bien repris après la pause mais la fatigue a pris le dessus ainsi que l’expérience liégeoise. Ce qu’on devait montrer, on l’a fait. On n’a pas été ridicules."

Rebecq n’aura pas à rougir de son parcours. "Je retiens ce moment exceptionnel à Sclessin. La victoire au Cercle, où c’était tout sauf un hold up, était aussi un grand moment. Avant, personne ne connaissait Rebecq…"