Le Standard a à nouveau perdu deux points contre un petit du championnat.

Cette saison a des allures de mouvement perpétuel en bord de Meuse. Il y a eu le nul vierge contre le Cercle et Charleroi à Sclessin, les deux points perdus sur le même score sur la pelouse de Waasland-Beveren, il y a désormais le zéro pointé du Canonnier. Cette mauvaise habitude liégeoise de perdre des points contre des petites équipes ou des équipes en crise (comme c’était le cas pour Charleroi) colle aux semelles des joueurs de Michel Preud’ homme, qui a tout de même voulu différencier la rencontre de ce samedi par rapport aux autres : "Il faut respecter toutes les équipes, et à Mouscron il y a de bons joueurs qui avaient un plan pour nous contrer. Il faut aussi tenir compte de cela. Ils ont joué dans un système avec quatre milieux de terrain en losange pour la première fois de la saison et cela nous a déstabilisés, car nous n’avions pas prévu ce cas de figure. À la pause, nous avons essayé de rectifier le tir."

Avec une certaine réussite puisque les Rouches se sont créés quelques occasions franches : "C’est la différence avec les autres équipes. Bruges est venu ici, a joué à dix et a finalement pu s’imposer en trouvant le chemin des filets, ce que nous n’avons pas su faire... Mais nous devons encore apprendre de ce genre de situation."

Pour cela, le tacticien liégeois veut que ses ouailles travaillent encore afin de transformer ces nuls en victoires : "Nous devons encore taper sur le clou pour nous imprégner de cette culture de la victoire régulière. Les joueurs doivent aussi reconnaître sur le terrain des situations qu’ils ont pu connaître à d’autres occasions. Nous aurions vraiment pu faire mieux lors de cette rencontre."

Cette culture de la gagne régulière doit revenir rapidement, car ce jeudi c’est Krasnodar qui se déplacera à Sclessin pour une rencontre européenne qui pourrait s’avérer déjà être décisive. Puis c’est le leader de la compétition, le Racing Genk, qui se dressera sur la route des Standardmen.