Paul-José Mpoku était ravi du succès… mais il refusait de s’emballer pour la suite.

Paul-José Mpoku n’a pas cherché à cacher sa joie au coup de sifflet final. Il a sauté du banc sur lequel il venait tout juste de s’asseoir et a rebondi plusieurs fois sur la pelouse, au point de provoquer la colère d’Adama Niane. Il faut dire qu’il avait inscrit le seul but du match, qui permettait au Standard de s’installer confortablement dans le top 6 et d’enfin remporter un choc wallon.

Polo, elle fait du bien cette victoire, non ?

"Je suis vraiment bien, vraiment content. On a pris les trois points, on est quatrième : je ne peux qu’être heureux. Cette victoire n’a pas été simple à empocher car Charleroi a été fort physiquement, a fait des fautes et a joué de manière spéciale. On était au courant et on a bien su le gérer. C’est simplement dommage que je n’ai pas tué le match car je devais marquer sur mon tir qui touche le poteau."

C’est surtout la mentalité du Standard qui a été bonne.

"Tout le monde sait qu’il y a de la qualité au Standard mais lors de certains matchs, la mentalité a fait défaut. Mais avec une telle attitude et une telle mentalité, on ne va pas encore perdre beaucoup de matchs cette saison. Et on pourra aller très loin."

C’est-à-dire ?

"Tu veux que je te dise qu’on veut le titre, c’est ça ? Mais je ne vais pas te le dire (sourire). Quand je dis qu’on peut aller très loin, c’est juste qu’on veut aller le plus loin possible. Il n’y a pas d’objectif mais en jouant comme à Charleroi, on peut aller très loin."

On vous a senti très chaud sur la pelouse.

"On connaît cette équipe, elle aime faire des fautes et j’ai donc décidé d’en faire aussi. À l’aller, les Carolos m’avaient matraqué et c’est même lors de ce match que je m’étais fait mal au genou. On récolte ce que l’on sème, c’est tout."

Vous avez même eu un petit accrochage avec Felice Mazzù.

"Il a dit que Moussa (Djenepo) avait touché un ballon qui avait quitté le terrain. Je lui ai signalé qu’il ne l’avait pas touché et lui m’a répondu qu’il pouvait quand même le dire. Mais c’était calme. Moi, je l’aime bien ce coach, il a un peu la mentalité Standard."


Si on vous dit que le Standard montre un peu de régularité, vous êtes d’accord avec nous ?

"Ne dis pas trop cela car avec le Standard, on ne sait jamais ! Laisse nous aller tranquillement en vacances puis on essayera de continuer sur ces bases-là. On en reparlera à ce moment, pas avant."

Vous partirez en vacances plus calmement que l’an dernier, non ?

"Non, j’étais tranquille aussi l’année dernière. Mais là, tu pars en vacances en venant de battre Charleroi, la meilleure équipe de Wallonie (il fait une grimace et lève les yeux au ciel) , et donc, tu es détendu."