L’ancien Gantois Benito Raman a joué sa première heure de jeu avec le Standard.

Il est arrivé mercredi. Mais il a déjà joué son premier match. Titularisé en attaque, dans le 4-4-2 mis en place par Yannick Ferrera, Benito Raman a eu l’occasion de jouer une heure. Sans démériter. "Ce n’était pas évident", expliquait-il. "Les premiers jours dans un club sont toujours un peu spéciaux. Il faut trouver ses marques et apprendre à connaître tout le monde."

L’ancien Gantois a été associé à Ivan Santini, avec qui il a déjà formé un duo prolifique (21 buts, 16 assists) du côté de Courtrai. "Mais c’était il y a trois ans", tempère-t-il. "Il va nous falloir quelques semaines pour retrouver notre complicité."

Dans le schéma de jeu mis en place, les rôles étaient clairement définis. "Ivan devait rester en pivot et moi courir autour. Et dans les phases de pressing, il fallait alterner. Parfois je pressais seul, parfois nous le faisions à deux. Mais on n’a eu l’occasion de travailler cela que durant une journée…"

Recruté avec la mission d’apporter de la profondeur à une équipe qui en manquait cruellement, Raman avoue que sur ce plan, il a vécu une première mitigée. "Ce n’est pas facile de jouer en profondeur face à Westerlo. Le terrain est très petit et leur bloc joue bas. Je pense qu’il y aura plus d’opportunités pour moi la semaine prochaine face à Saint-Trond… si je joue", estime l’attaquant, qui retrouverait les Trudonnaires, chez qui il a été prêté en fin de saison passée.

D’ici là, il va vivre sa première semaine complète en tant que Standardman. "J’ai eu beaucoup de réactions positives de la part des supporters suite à ma venue. Je compte me donner à fond pour ce club. Je vais travailler dur pour être à 100 % dans une semaine ou deux. Je n’y suis pas encore. Je n’ai disputé que des matches amicaux jusqu’à présent. Je veux vite être au top , afin d’aider le club à obtenir des résultats rapidement."