Razvan Marin, qui portera le numéro 18, est la deuxième recrue liégeoise de ce mercato.

Comme prévu, Razvan Marin a bien paraphé un contrat de quatre ans et demi ce vendredi matin après s’être soumis à la deuxième partie de ses tests physiques.

Le jeune médian roumain a ensuite rencontré ses coéquipiers qui revenaient de la séance d’entraînement. Marin s’est exprimé sur le premier transfert de sa jeune carrière sur le site du club. L’ancien joueur de Viitorul a pris ses renseignements avant de signer.

"J’ai parlé avec mon ancien coéquipier, Kevin Boli. Il ne m’a dit que du bien du football belge qui me plaît."

Ce n’est pas la première fois que le Standard croise la route de la famille Marin.

"Mon père (Petre) a joué six ans au Steaua Bucarest. Il a notamment affronté le Standard en préliminaires de la Ligue des Champions (2-2 à Sclessin et défaite 2-1 à Bucarest)."

Un papa dont Razvan Marin écoute les conseils avec attention. "Il m’a dit de travailler dur car je suis venu au Standard pour jouer. Je vais donner tout ce que j’ai pour le club et ses supporters."

Dans la presse roumaine, Gheorghe Hagi, son coach à Viitorul, a été dithyrambique à son propos précisant qu’il pourrait devenir le meilleur médian de l’histoire du foot roumain.

"Tout d’abord, il m’a énormément appris. C’était un plaisir d’évoluer sous ses ordres. J’ai vu sa déclaration dans la presse. C’est un honneur pour moi. Je lui ai parlé avant mon départ et il m’a conseillé de rejoindre le Standard car c’était une superbe opportunité pour moi."

Alors que de grosses écuries européennes s’intéressaient à lui, le Roumain a opté pour le Standard. "J’ai lu que la Juventus ou encore la Fiorentina ont été citées dans la presse. Ce sont de grands clubs mais le Standard l’est également et je suis persuadé d’avoir réalisé le bon choix."

Désormais , Marin, qui est qualifié pour la venue de Bruges, a hâte de découvrir Sclessin dimanche. "J’ai vu quelques vidéos des fans, ils sont incroyables. À Viitorul, j’avais pour habitude de jouer devant de faibles assistances. Je me réjouis donc de fouler la pelouse de Sclessin."

De son côté, la direction liégeoise se félicite de l’arrivée de cette promesse du foot roumain. "De nombreux grands clubs européens montraient déjà de l’intérêt à son égard mais Razvan a été séduit par notre projet et est convaincu que le Standard de Liège est le club idéal pour l’aider à franchir une étape dans sa carrière", assure Olivier Renard.


Jankovic : "Pas le même profil que Trebel"

Vendredi, Aleksandar Jankovic a donc fait la connaissance de Razvan Marin avant de le diriger pour la première fois. "Nous sommes très heureux d’accueillir Razvan chez nous. C’est un joueur très intéressant, un numéro 8 moderne qui n’a pas peur de prendre des responsabilités dans son jeu. On va tout faire pour faciliter son intégration et que cette dernière soit la plus rapide possible."

Amené à remplacer Adrien Trebel, le Roumain semble différent du Français, du moins aux yeux de son coach.

"Il évolue au même poste mais il n’a pas le même profil que Trebel. Le but n’était d’ailleurs pas de chercher un joueur qui présentait les mêmes caractéristiques que Trebel." Et le Serbe de rendre ensuite hommage à son ancien capitaine. "Trebel a joué plus de 100 matches au Standard où il aura eu son importance. Marin est davantage un infiltreur qui sait profiter des espaces."

Atout non négligeable, le Roumain botte bien les phases arrêtées. "C’est super pour nous. Il a une frappe très particulière, très flottante et insaisissable. C’est un peu un mélange entre la frappe de balle de Badibanga, Mbenza et Dompé."

Quant à savoir s’il sera sur le terrain dimanche. "J’espère qu’il sera qualifié en tout cas", a conclu le coach.