Bien entendu, la carte rouge donnée à Uche Agbo a été le moment clé de cette la rencontre perdue face à Courtrai (2-1) mercredi soir. Les Liégeois ne comprenaient pas pourquoi l’arbitre avait dégainé aussi rapidement deux cartes jaunes. 

"Cette rouge, c’est trop sévère. Je pense que l’arbitre aurait pu mieux gérer la situation. Il a tué mon équipe, il m’a tué moi. Cette expulsion a conditionné la suite du match", pestait Ricardo Sa Pinto, rejoint par son capitaine, Sébastien Pocognoli. "L’arbitre aurait pu faire preuve de psychologie. Je ne pense pas que le pied en avant mérite une jaune, tout comme ce tacle en ciseau car Uche ne touche pas le joueur adverse."

La scène qui a suivi son exclusion risque de coûter cher au médian nigérian. "Agbo trouvait que sa sortie n’était pas justifiée, il y avait donc de l’énervement. J’ai essayé de le calmer puis j’ai essayé de le faire rentrer au plus vite dans le vestiaire car je savais qu’il pouvait y avoir une plus longue sanction à la clé. Mais sa réaction était légitime au vu de ce qu’il avait entendu", poursuivait Sébastien Pocognoli, qui n’avait encore jamais entendu de cris racistes en tant que joueur. "C’est inadmissible. Durant tout le match, tu entends aussi ‘les Wallons c’est du c…’ et on ne dit rien. On l’a dit à l’arbitre, il n’a rien répondu. Même chose lorsque des briquets ont été jetés sur le terrain, il n’a pas bronché", terminait Paul-José Mpoku.


Sa Pinto: "Je suis fier de mes joueurs"

"Je ne sais pas quel match a vu Glen De Boeck, mais je ne suis pas d’accord quand il dit que leur victoire est plus que méritée", a réagi Sa Pinto à l'issue de la partie. "C’est un résultat très injuste pour nous, nous étions meilleurs à onze puis à dix. Nous avons joué au foot malgré l’état du terrain. Mais cette carte rouge a conditionné notre deuxième mi-temps. Nous avons tout de même pris les devants, mais le manque de fraîcheur en fin de match s’est fait ressentir. Le pressing était moins présent, mais je ne pouvais changer tous les joueurs. Le football est incroyable, je ne peux expliquer ce qu’il se passe, bien que ce premier but ne peut jamais arriver. Je suis allé parler aux supporters car je devais prendre mes responsabilités. C’est moi qui fais les choix et je reste très fier de mes joueurs. Ils jouent avec cœur et organisation." 

Quant aux playoffs 1, le Portugais n'en démord pas. "Je crois en cette équipe, en notre projet. On reste focalisé sur le Top 6 , je sais que nous y serons. Que va-t-il se passer au mercato ? J’ai besoin de plus d’options, j’en ai parlé avec la direction. Quant à mon bilan à la tête du Standard, il a déjà été souvent évoqué, depuis mes premières semaines. Je vis avec."