Standard Ricardo Sa Pinto regrettait uniquement e manque de concentration en fin de partie.

"Ce résultat, c’est de ma faute", résumait Ricardo Sa Pinto au terme de la rencontre. Même si Collins Fai a notamment plaidé coupable pour son manque de concentration et de timing sur l’égalisation trudonnaire, Sa Pinto tenait à protéger une fois de plus ses joueurs.

"Ils ont fait ce qu’il fallait pour gagner. Nous avons mis un bon pressing, surtout en première mi-temps. Nous avons contrôlé notre adversaire, avec l’ambition de mettre du volume offensif dans leur camp. C’était un bon match de notre part. Ce qui a fait la différence, c’est ce manque de concentration en fin de partie. À ce niveau, chaque détail peut coûter des points. Je dois revoir les images pour analyser ce but, mais ce n’est pas de la faute de Fai. C’est ma responsabilité, c’est tout."

Malgré la déception, Ricardo Sa Pinto est directement venu sur la pelouse pour adresser un mot à ses joueurs.

"Je leur ai dit de rester une famille. Je suis content d’eux, ils travaillent dur, ils créent des opportunités, même s’il y en avait moins que d’habitude. Ils ne méritent pas du tout cela. On rate encore une opportunité de rentrer dans le Top 6 . Mais comme le dit l’entraîneur de Saint-Trond, les trois points auraient dû nous revenir."

Effectivement, Jonas De Roeck se montrait ravi du point arraché de façon inattendue. "C’est comme une victoire pour nous. J’ai l’honnêteté de dire qu’on a reçu plus que ce que l’on méritait. Pour une fois, on obtient un bon résultat avec beaucoup de réussite. Le Standard nous a bien mis sous pression en première période, bien qu’ils n’aient pas eu de véritable occasion franche. Ce n’était pas notre meilleur match, mais nous avons affiché une très bonne mentalité du début à la fin", se réjouissait le coach limbourgeois.

Concernant l’arbitrage de Sébastien Delferière, Sa Pinto pouvait enfin se montrer positif. "C’est un bon arbitre, que j’apprécie. Il a donné trop de cartons jaunes à mon goût, mais il a réalisé son travail avec sérieux", commentait le Lusitanien.