C’est avec soulagement qu’Alexander Scholz accueille la trêve internationale.

Ménagé lors du déplacement à Ostende qui a vu ses coéquipiers sombrer totalement, Alexander Scholz avait énormément manqué et son absence était loin d’être passée inaperçue.

Jeudi dernier au Panathinaïkos, le leader de la défense avait repris sa place au cœur de l’arrière-garde et c’est tout un club qui en a récolté les fruits. Impérial, Scholz a mené la défense liégeoise de main de maître avec, pour résultat, un succès 0-3 et une nouvelle clean-sheet, la première sur la scène européenne.

Face à Mouscron, promu capitaine en l’absence d’Adrien Trebel, le défenseur danois de 24 ans a une nouvelle fois rayonné au cœur de l’axe défensif, malgré la fatigue accumulée. "Après la débauche d’énergie de l’Europa League, on avait les jambes lourdes; cela s’est senti sur notre première période qui n’était pas de bonne facture. Après le repos et une bonne discussion au vestiaire, on a su faire la différence."

Opposé à Trezeguet, Scholz a reconnu avoir souffert. "Il m’a posé des problèmes. Il était très vivace; ce n’était pas simple de le maîtriser. C’est dommage d’avoir concédé un but car on s’est mis en difficulté bêtement."

Contrairement à la dernière trêve internationale qui était consécutive aux défaites à l’Ajax et contre Anderlecht, les Liégeois sont bien plus sereins à l’aube de cette nouvelle trêve internationale qui, pour plusieurs Liégeois dont Scholz, sera salutaire.

"On sent qu’il y a de la fatigue au sein du groupe. Quoi de plus normal avec l’accumulation des matches. Pour ma part, ce break me fera du bien car mon genou (NdlR : qui l’avait déjà écarté des terrains) est encore douloureux. J’ai besoin d’un peu de repos."

Durant la dernière trêve internationale, le Danois avait bénéficié d’un programme adapté au même titre que Belfodil. Ce sera peut-être encore le cas cette fois-ci. Cette trêve devrait également permettre à Matthieu Dossevi d’être totalement rétabli.