Cette fois, ça y est, le Standard est… sauvé.

"C’est fou de se dire cela mais c’est bien la réalité du foot", lance Selim Amallah. Auteur d’un superbe but, le Marocain a sorti les supporters liégeois de leur léthargie : "J’avais vu que le gardien était avancé une fois mon crochet réalisé. Il n’y a que moi pour marquer un but pareil ? Non, d’autres en sont aussi capables (rires). Il faut souligner le travail de Mathieu."

Il reste encore deux matchs aux Rouches pour prendre un peu de plaisir avant que le rideau ne tombe. "Prendre du plaisir mais aussi et surtout gagner. Nous sommes des compétiteurs et nous voulons pr endre les six points."

Le buteur du jour est également revenu sur l’ambiance qui règne au sein du vestiaire liégeois. "Entre nous, elle est bonne car on est une bande de copains. Mais c’est vrai que c’était assez compliqué de se réveiller après chaque défaite pour remettre la machine en route."

Sur le plan personnel, l’international marocain a vécu sa saison la moins prolifique depuis son arrivée en bord de Meuse (trois buts et deux assists). "Ma saison a été à l’image de celle du club : compliquée. Que ce soit pour ce qui est des statistiques ou de mes prestations, ce n’était pas pareil que lors des deux dernières saisons. Je m’accroche, j’essaie d’aider l’équipe au maximum."

Annoncé il y a plus d’une semaine, le rachat du Standard par 777 Partners a-t-il trouvé écho chez les joueurs ? "Honnêtement, je ne pense pas à tout ça. Je suis plutôt du genre à me focaliser sur le terrain. Je viens au club, je m’entraîne, je joue mes matchs mais en dehors, tu dois penser à autre chose car si tu te focalises H24 sur le Standard, tu péterais les plombs, surtout cette saison."