Dans un club où il a tellement été question de finances ces derniers temps, les comptes du Standard étaient évidemment très attendus. Ceux de la saison 2014-2015, la dernière sous l’égide de Roland Duchâtelet, viennent d’être publiés. Il nous apprennent plusieurs choses intéressantes.

1)  6,67 millions de pertes sur la saison dernière. Lors de la saison 2013-2014, le Standard a terminé l’exercice avec un bénéfice de 915.000 euros. La saison dernière, il a bouclé ses comptes sur une perte record de 6,67 millions d’euros. La perte initiale s’élevait à 7,4 millions mais a été (un peu) compensée par des prélévements sur des réserves.

2)  12 millions de perte d’exploitation. Il est important de savoir que chaque année, le Standard accuse une grosse perte d’exploitation. À l’époque de Lucien D’Onofrio, elle s’élevait à environ 3 millions par an. Elle avoisine désormais les 12 millions. “À cause de la politique multi-clubs de Duchâtelet”, accuse la nouvelle direction du Standard. Chaque saison, le Standard génère de l’argent (36,8 en 2014-2015), mais en dépense beaucoup plus (48,75 millions). Il doit donc compenser ce trou en vendant des joueurs. Cette saison-là, en vendant notamment Ezekiel, le Standard a vendu pour 11,6 millions de joueurs. Cela paraît beaucoup mais ce n’était pas suffisant pour combler le trou.

3)  Des dettes gonflées à cause des 10 millions dus à DuchâteletLes comptes, approuvés par le nouveau conseil d’administration, montrent aussi que les fonds propres ont baissé et que les dettes du Standard sont passées de 25 à 33 millions. Pourquoi? Parce que les 10 millions dus à Duchâtelet apparaissent désormais dans la colonne des dettes du club. Une opération sans laquelle Bruno Venanzi n’aurait pas pu racheter le Standard.

4) Et la suite? Il faut de l’argent frais. Ce lundi soir, Axel Lawarée s’est exprimé au sujet des finances du club sur le plateau de La Tribune: “On a travaillé en connaissance de cause et je rassure les supporters: il y aura une enveloppe pour faire des transfert en janvier.” Le Standard va donc consentir à de petites dépenses mais a surtout en tête l’objectif de retrouver l’équilibre, comme l’a répété Bruno Venanzi. Ce sera une tâche très compliquée. “La masse salariale a déjà baissé de 35% par rapport à la saison dernière”, nous dit-on au Standard. Mais cet effort ne suffira pas car les comptes sont dans le rouge. Vu le noyau actuel, il ne faut pas s’attendre à des ventes de joueurs pour des montants très spectaculaires. La nouvelle direction du Standard doit donc trouver d’autres moyens pour faire rentrer de l’argent, notamment en injectant du capital. Cela devient urgent car la santé financière du Standard est inquiétante. C’est écrit noir sur blanc dans ses comptes.

© DH