Ce dimanche, le Standard ne pourra plus calculer. Après avoir repris son sort en main la semaine dernière, il doit impérativement écarter le Beerschot pour accéder aux PO2. Cette semaine, Mbaye Leye a donc tenu un discours différent. "Il a été plus exigeant", assure-t-il. "On a notre sort entre nos mains. Après trois bons résultats, on aurait peut-être tendance à croire que c’est acquis mais c’est tout l’inverse. Ce n’est certainement pas le moment de tout jeter à la poubelle. On ne doit pas spéculer ; il faut gagner et terminer le plus haut possible."

Le danger sera évidemment que la finale de la Coupe prenne trop de place dans les têtes liégeoises. Avec deux succès en l’espace de sept jours, la saison des Rouches serait ainsi sauvée.

"Je pense qu’on peut le dire. En début de saison, si on vous dit que l’ambition, c’est de remporter la Coupe et de jouer le PO2, vous allez naturellement tiquer. Mais, compte tenu des circonstances de cette saison compliquée, on estimerait alors qu’il s’agit d’une saison réussie."

En face, ce dimanche, Mbaye Leye et ses hommes trouveront des Anversois surmotivés à l’idée de se qualifier pour les PO2, neuf mois après leur montée en D1A. "Le Beerschot a énormément de qualités. Il y a beaucoup de mouvements dans cette équipe et n’oublions pas qu’en décembre on évoquait le Soulier d’or pour Holzhauser. Il faudra être à la hauteur et garder cette efficacité qui sera le maître mot de ces deux prochains matchs."