"Je m'en tire bien mais, en football, tout change vite"

LONDRES Thomas savoure ses débuts prometteurs.

Vos premiers mois à Arsenal constituent une belle réussite.

"Je pense m'en être bien tiré alors que j'étais méconnu en Angleterre et que j'étais également le seul transfert du club. La curiosité était grande, mais mon but lors du premier match et mes bonnes prestations ont aidé à me faire accepter rapidement. Il est plus facile de prester directement quand l'équipe tourne et que l'entente avec votre partenaire direct dans l'axe (NdlR : Gallas) est bonne. Il regorge d'expérience et est au top de sa forme."

Comment réagissez-vous aux éloges reçus de vos équipiers, des entraîneurs, des analystes ?

"C'est plaisant, mais je connais suffisamment le foot pour savoir qu'on peut très vite être porté aux nues avant d'être voué aux gémonies quelques semaines plus tard."

Êtes-vous surpris par vos bonnes prestations ?

"Au début, on se pose forcément des questions, mais je n'ai jamais douté de mes qualités. Une équipe comme Arsenal ne débourse pas douze millions sans qu'elle soit certaine de son coup. Les scouts m'avaient suffisamment visionné en match comme à l'entraînement. J'aurais pu rester un an de plus à l'Ajax mais quand Arsenal frappe à votre porte..."

Tony Adams, qui a joué plus de 500 matches dans la défense d'Arsenal et qui est scout pour le club, n'a pas été tendre avec vous à votre arrivée. "Trop petit et pas prêt", avait-il dit.

"Je ne sais pas s'il a dit exactement ce qui est paru mais, en Angleterre, tout le monde s'exprime sur tout. Ce que je sais, c'est que j'ai vu Tony Adams depuis et qu'il m'a serré la main. Il a été gentil et je ne suis pas rancunier. Chacun a le droit d'avoir son avis. Je sais également que, malgré ma taille, je dispose d'un excellent jeu de tête."



© La Dernière Heure 2009