À nouveau sur le banc contre Bruges suite au retour de blessure d’Eiji Kawashima, Yohann Thuram a été interrogé par l’Est Eclair, un journal français qui couvre notamment l’actualité de l’ESTAC Troyes, l’ancien club du gardien rouche.

"Au-delà du fait que je ne joue pas, ou peu, je me sens bien ici… Liège est une ville très accueillante et le Standard un vrai grand club avec de superbes infrastructures", commence Yohann Thuram, qui ne s’attendait pas à ne pas être titulaire. "J’ai signé au Standard pour jouer, être n°1. C’est comme cela qu’on m’avait présenté le projet."

Mais le gardien de 25 ans a dû patienter longtemps avant de recevoir sa chance. Et vu ce qui s’est passé le week-end dernier, il semble bien être n°2 !

"Quand les dirigeants du Standard m’ont contacté à l’intersaison, ils voulaient me faire venir le plus vite possible pour être rapidement dans le bain. Mais les négociations ont pris plus de temps que prévu. Quand j’ai rejoint la Belgique, la saison avait déjà débuté. Le gardien, Kawashima, était performant et l’équipe marchait sur l’eau. Dans ces conditions, c’était difficile pour le coach de sortir un gardien qui faisait l’affaire."

Guy Luzon aurait pu profiter de la blessure du gardien japonais pour assurer le passage de témoin en douceur. Mais il a remis Yohann Thuram sur le banc.

"Je comprends la situation mais je ne l’accepte pas", conclut le Français, qui assure ne pas regretter son choix, "mûrement réfléchi", de signer au Standard. "Je me dois d’être patient, mais je ne peux pas me permettre d’être dans cette situation toute la saison. Après deux bonnes années à Troyes, je m’étais offert le luxe de ne pas dépendre des prestations de quelqu’un. Il va falloir que je joue car je n’accepterai pas cette situation toute la saison…"