Ses envies de départ avaient fini par exaspérer de nombreux équipiers.

Lorsqu’il lui a été demandé, dimanche dernier, s’il n’avait pas peur que l’absence d’Adrien Trebel perturbe ses joueurs, Aleksandar Jankovic avait été très clair : "Mon boulot, c’est que le groupe reste bien concentré sur ce stage hivernal."

Apparemment, le travail du technicien serbe n’a pas été trop compliqué. Lors des différentes séances d’entraînement, les Liégeois n’ont jamais paru perturbés par l’absence de leur ancien capitaine. Il faut dire que le Français s’était isolé d’une partie du vestiaire ces derniers mois. Ses envies de départ avaient fini par exaspérer de nombreux équipiers, qui en venaient à espérer qu’il s’en aille au plus vite.

Beaucoup estimaient qu’un capitaine ne devait pas quémander un transfert mais bien mettre tout son talent au service du collectif. "Vous ne m’entendrez jamais réclamer un départ même si j’en ai envie. L’équipe est plus importante que ma seule personne", nous disait, samedi, Alexander Scholz, sans pour autant faire immédiatement allusion au médian français.

Adrien Trebel était resté proche d’éléments comme Ishak Belfodil, Matthieu Dossevi, par exemple. Mais il était évident qu’une autre partie du vestiaire le considérait davantage comme un homme avec beaucoup d’ego et pas suffisamment capable de se remettre en question, qui polluait trop souvent l’ambiance générale.