Malgré son transfert avorté, Adrien Trebel assure que son état d’esprit n’a pas changé.

"La direction m’a dit que quatre joueurs allaient arriver. Je les attends avec impatience."

Adrien Trebel avait lancé un pavé dans la mare après le partage blanc contre Charleroi. Le capitaine rouche, comme les supporters, a dû patienter jusqu’à la fin du mercato, et même un jour de plus, mais il a finalement vu que ses dirigeants avaient tenu leur promesse, et même plus puisque six joueurs sont arrivés les 31 août et 1er septembre.

"Je connais Ishak (Belfodil) et Farès (Balhouli) et ce sont deux très bons joueurs", commente Adrien Trebel. "Je sais qu’ils ont été formés à Lyon et qu’ils étaient des grands espoirs. Ils ont chacun fait leur parcours. Ishak est parti en Italie et cela lui a plutôt bien réussi. Farès à Monaco. Ils avaient besoin de changer d’air. Les autres, je ne les connais pas. Mais on va bien les accueillir et j’espère qu’ils pourront apporter un plus à l’équipe. On en a certainement besoin."

Le Standard est-il armé pour viser le titre, comme le souhaite le président ?

"Je ne sais pas. On va déjà essayer de bien lancer notre saison. On reste sur un bon match à Bruges et sur une bonne prestation contre Marseille. Mais dire qu’on va jouer le titre serait un peu prématuré."

Quelle est la valeur de cette victoire 3-0 contre l’OM ?

"Comme nous, ils avaient plusieurs joueurs absents. On voulait enchaîner sur notre match à Bruges, en mettant beaucoup d’intensité et d’envie. On a été efficace. Mais ce match n’est pas représentatif de la valeur des deux équipes ou des deux championnats."

Dans l’effectif olympien, il y a William Vainqueur que le Standard voulait faire revenir.

"Cela m’a fait plaisir de le revoir. Je le connais depuis que je suis tout petit, j’ai eu la chance de faire mes débuts avec lui à Nantes. Je ne l’oublie pas et je le remercie pour tout ce qu’il a fait pour moi. Il a joué un rôle primordial, il a toujours été là pour me soutenir. Son parcours est remarquable, il a joué dans des beaux clubs. C’est sûr qu’un joueur comme William nous aurait fait beaucoup de bien. Mais l’OM, c’est son club de cœur et cela ne se refuse pas. Le Standard, il connaissait et je pense qu’il voulait découvrir autre chose."

Cela aurait aussi pu être votre cas : il a été question d’un départ du Standard durant le mercato.

"Certains ont dit que je forçais mon transfert, mais c’est complètement faux. La vérité est qu’on m’avait donné un bon de sortie. Il y a eu des belles offres donc cela aurait dû déboucher sur un départ. Mais le Standard a voulu me garder. C’est un peu difficile à accepter au début, mais je suis footballeur professionnel et il me reste trois ans de contrat. Je l’ai déjà dit : j’aime ce club, les supporters m’ont adopté donc rester ici ne me pose aucun problème. Il y a l’ Europa League, c’est aussi une belle vitrine. Mon état d’esprit n’a pas changé."