Radio et télévision ne bouleverseront pas leurs habitudes pour ce match

BRUXELLES L'heure d'un match joue-t-elle sur sa couverture médiatique ? Apparemment, non.

Tant la télévision que la radio conserveront en effet leurs habitudes, avec des effectifs identiques à ceux déployés lors des autres rencontres au sommet.

"Fondament alement, l'heure de la rencontre ne changera rien pour nous", explique Marc Delire, commentateur pour Belgacom TV. "L e s effectifs seront les mêmes que pour tous les gros matchs. Cela représente une centaine de personnes, en sachant que certains postes sont doublés puisque nous assurons la couverture dans les deux langues."

Si on peut s'attendre à un pic d'audience entre 13 et 15 heures, ce sera donc avant tout en raison de l'affiche proposée. "Cela devrait être comparable à c e que l'on observe lors des autres top matchs" , confirme Haroun Fenaux, porte-parole de la chaîne. "Cela représente envi ron dix fois plus de téléspectateurs que lors d'un match entre une équipe du top et une autre formation. Et je ne vous parle même pas de la différence par rapport à un match entre deux équipes moyennes..."

Même son de cloche en radio. Comme pour chaque rencontre de ce type, la RTBF dépêchera ainsi deux journalistes et deux techniciens au Jan Breydel Stadion.

En termes d'audiences, l'heure inhabituelle à laquelle se déroulera cette rencontre ne devrait pas non plus changer la donne. "À 13 heures, beaucoup de gens sont chez eux et écoutent la radio, explique Thierry Luthers. Mais il y a également moins d'auditeurs qui sont dans leur voiture. L'un dans l'autre, on devrait enregistrer une audience semblable à celle que l'on observe lors des chocs retransmis en soirée."

Aucun changement dans les habitudes du commentateur de la RTBF, alors ? "Si. Je serai obligé de me lever plus tôt que d'habitude ! " , sourit-il.



© La Dernière Heure