Une Defour dépendance?

Standard

Kevin Sauvage

Publié le - Mis à jour le

Une  Defour dépendance?
© D.R.

Le capitaine liégeois est plus que jamais sur le chemin du retour

LIÈGE Le soir du 11 décembre, le Standard l’emportait 1-0 à domicile face à Saint-Trond, mais perdait également son capitaine, Steven Defour. À la 82e minute, suite à un contact avec son pote Dennis Odoi, le chef de meute des Rouches se luxait, à nouveau, l’épaule droite. Son épaule avait été remise en place dans les vestiaires, mais l’opération s’est finalement avérée inévitable.

Deux mois et demi après l’accident, Steven Defour semble enfin voir le bout du tunnel. La semaine dernière, il a repris les entraînements avec le groupe. Ce lundi, Steven Defour passait une visite afin de voir s’il pouvait poursuivre les séances collectives ou non. Le médian liégeois a reçu le feu vert du médecin. Ainsi, il a pris part hier à l’entraînement matinal.

Cependant, il est encore trop tôt pour savoir s’il sera sélectionnable pour la venue de Malines, son club formateur. Une reprise vendredi avec les U21 pourrait être également envisagée. En attendant, Steven Defour est attendu par tout un club comme le messie !

Combien de fois cette saison, n’a-t-on pas entendu cette phrase : “Lorsque le Standard aura récupéré Defour, il affichera un autre visage.”

Les Rouches ont déjà enregistré le retour de Berrier et vont bientôt pouvoir compter sur le petit milieu de terrain. Dès lors, il convient de voir s’il y a une vraie Defour dépendance au Standard.

Si on s’en tient aux chiffres, on serait tenté de répondre par l’affirmative. En effet, cette saison, lorsque Steven Defour était sur la pelouse, le Standard a pris 21 de ses 39 points avec 6 victoires, 3 défaites et 3 nuls, soit un peu plus de 50 % des points en jeu.

La saison dernière, c’était également la même chanson. Le 12 septembre 2009, pour le compte de la 6e journée, Defour se blesse au pied suite à un contact avec Persoons. Il ne fera son retour que le 4 février 2010 lors de la 19e journée.

Avec Defour pendant la phase classique, le Standard a pris 13 points sur 15. Au-delà des statistiques, il ne fait aucun doute que le Standard avec Steven Defour affiche un tout autre visage que lorsqu’il est privé de son maître à jouer.

L’Anversois incarne l’esprit Standard et est capable de sublimer ses coéquipiers, de les porter vers la victoire grâce à sa force de caractère. Ce même caractère qui fait cruellement défaut au Standard.



© La Dernière Heure 2011

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info