Suite aux incidents survenus contre OHL (jets de pétards en direction du gardien Romo), le Standard a été condamné par le comité disciplinaire à fermer une partie de sa tribune 4 (les blocs D4, E4, F4 et G4). Le procureur fédéral réclamait un match à huis clos mais le Standard a contesté sa propre responsabilité pour la mauvaise conduite d’individus et a plaidé une sanction plus légère. Le club peut faire appel, la date à laquelle cette mesure prendra effet n’est donc pas connue.

"Il est regrettable que l’acte d’un individu sanctionne l’ensemble des supporters rouches de la tribune 4 mais de tels faits ne peuvent pas être tolérés dans un stade de football. Pour ces raisons, notre club a pris la décision d’introduire une action en dommages et intérêts à l’encontre du fauteur de troubles identifié comme responsable des faits incriminés, et déjà poursuivi par les autorités", a précisé le club par voie de communiqué.