On se serait bien passé de tout ça...

Après avoir disputé 11 matchs sous la menace et gardé son sang-froid durant de longues semaines, Uche Agbo a perdu de son flegme mercredi soir à Courtrai. Bien dans son match, le Nigérian prenait d’abord un carton jaune pour un pied en avant sur Azouni. Ne comptant pas ses efforts, le médian défensif, sur un terrain calamiteux, n’a pas modifié son style de jeu et ne s’est pas ménagé dans les duels.

C’est bien là son malheur puisque c’est son trop-plein d’envie qui le mène à sa perte sur son tackle sur Stojanovic qui pousse Monsieur Verboomen à appliquer le règlement. Dommage pour le Standardman qui était pourtant bien dans son match.

Ce qui a suivi, on s’en serait bien tous passé ! Frustré, ne comprenant pas la décision arbitrale, Uche Agbo refusait de quitter le terrain. Au bout de trois minutes trente, le Nigérian sortait sous les huées du public.

C’est là que tout a dérapé puisqu’en plus des traditionnelles, et donc lamentables, insultes, des cris de singes ont été adressés à l’encontre du Nigérian. Excédé, Agbo s’est alors rendu coupable d’un doigt d’honneur envers la tribune principale. Un geste qui pourrait malheureusement lui coûter plus cher que les cris, lamentables et scandaleux, lancés par plusieurs énergumènes en tribune.

Le retour d’Uche Agbo au vestiaire, encadré par le coach des gardiens, Ricardo Pereira, a été accompagné par de nombreux jets de gobelets de bière. Pitoyable là encore. Plusieurs minutes auparavant, le kop courtraisien a entonné un refrain qualifié jadis par les instances de l’Union belge de "taquin et ludique" : "les Wallons, c’est du c…" Un épisode dont, franchement, on se serait bien passé !