Le capitaine refusait encore de prononcer le mot titre


LIÈGE Vicieux, le calendrier des playoffs ne laisse de place qu’aux joies de courte durée. En reprenant déjà le travail en vue du match de mardi face à Genk, Jelle Van Damme était sans doute le mieux placé pour adoucir la bonne humeur de ses coéquipiers : “Oui, on peut en profiter un peu mais pas plus. Le groupe le sait : si on dort ensemble à l’académie, c’est aussi pour se remettre directement au travail après. On sait que l’on doit continuer à prendre les événements match par match sans se poser trop de questions. Après, c’est vrai que tout est possible. Ce sera ouvert jusqu’au bout.”

Mais même en tentant un tour de force, le mot titre n’aura jusqu’ici jamais été arraché à un Jelle Van Damme trop conscient du bonheur de son équipe vendredi soir à Zulte pour s’emballer : “Vous voulez parler des deux buts hors-jeu ? C’est la vie. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise. Mais c’est clair qu’il y aura des choses dont on devra reparler ensemble. On a joué défensivement beaucoup trop bas. Je suis le premier à l’avouer.”

Pourtant, même la gueulante poussée par Mircea Rednic lors de la mi-temps n’aura pas semblé suffisante vendredi pour inverser la tendance : “Le problème est parfois simple : c’est chacun son homme. Il faut que tout le monde prenne ses responsabilités. Mais je ne m’en fais pas avec cela. On a le temps d’en discuter calmement avant Genk”.

Et un sommet qui tranchera définitivement une question désormais tenace : le Standard est-il un candidat au titre ou pas ?

© La Dernière Heure 2013