Thomas Vermaelen a alerté certains de ses équipiers


Dès demain chez votre libraire, le guide "DH" de la Ligue des Champions 2009-10 à 2,5 euros


Thomas Vermaelen: "Quand Arsenal frappe..."


Vermaelen, notre plus haut représentant


LONDRES Arsenal part favori de la poule du Standard. "Mais nous devrons nous méfier de tous. Je connais notamment le niveau de l'AZ et ce ne sera pas simple."

Quand l'Uefa a désigné l'AZ, contre qui vous avez joué de nombreuses fois aux Pays-Bas, et le Standard dans la poule d'Arsenal, vous avez dû être heureux ?

"Et comment. C'est un plaisir pour moi. Directement après le tirage, j'ai été en contact avec Swerts et Martens. Nous sommes heureux de nous retrouver."

Que savez-vous du Standard ?

"Je le connais relativement bien. Je sais notamment qu'il dispose, en Jovanovic et Mbokani, de solides atouts en zone offensive. Sa principale arme se trouve là. Je sais un peu moins à quoi m'attendre par rapport à sa défense, mais je connais Sarr et Bolat, un excellent gardien. Certains équipiers m'ont interrogé sur le Standard même si, généralement, nous regardons match après match, tellement ils s'enchaînent vite. Je leur ai répondu que notre adversaire ne manquait pas de qualités."

Connaissent-ils le Standard ?

"Je n'en ai pas l'impression. Mais quelques-uns savent que les Liégeois ont livré de solides prestations contre Liverpool et Everton l'an passé. Et l'entraîneur ne l'ignore certainement pas."

Arsène Wenger vous a-t-il demandé des informations ?

"Il sait déjà beaucoup de choses et je ne pense pas pouvoir lui donner plus de conseils. Notre entraîneur-adjoint connaît aussi particulièrement bien la compétition bel- ge."

Avez-vous éprouvé des difficultés à vous intégrer au milieu des vedettes ?

"Non. Le statut d'un joueur, c'est valable en dehors du terrain mais, dans le vestiaire, il faut parler avec chacun pour s'intégrer dans les plus brefs délais. Par facilité linguistique, je parle souvent avec van Persie mais, à table, je fréquente surtout Arshavin et Bendtner, qui n'est pas le dernier à organiser un petit repas hors du terrain."

Quelle est la plus grande différence par rapport à ce que vous avez connu aux Pays-Bas ?

"Ici, ce sont des matches au sommet chaque semaine. La passion est également énorme, ce qui décuple le plaisir que l'on ressent à jouer un match. Et puis, mes partenaires d'entraînement sont une classe au-dessus de ce que je fréquentais auparavant."

Ça n'a pas dû être amusant pour vous après Espagne - Belgique...

"C'est vrai que j'ai quelques équipiers espagnols. Ils ne se sont pas moqués, mais ils m'ont quand même lâché l'une ou l'autre réflexion. De l'humour de footballeur..."



© La Dernière Heure 2009