Il n’aura pas eu l’occasion de dire au revoir aux supporters (qui l’ont parfois critiqué la saison passée) puisque c’est à huis clos que Mergim Vojvoda aura disputé son dernier match pour le Standard, dimanche, face à Genk (0-0).

Un an après son arrivée en provenance de Mouscron, l’international kosovar s’en va déjà. Ce qui n’était pas forcément dans ses intentions il y a encore quelques semaines. Mais il y a des offres qu’on ne peut pas refuser, peu importe leur timing. Celle-là en fait partie.

En rejoignant Torino et la Serie A, le défenseur de 25 ans (qui évoluait en… D4 allemande il y a quatre ans) espère donner un sacré coup de boost à sa carrière après un long combat entre l’Atalanta (avec qui le joueur avait un accord personnel) et le club piémontais pour sa personne.

Mais alors qu’aucun accord n’avait encore été trouvé entre le Standard et le quart de finaliste de la dernière Ligue des champions, qui ne semblait pas pressé pour finaliser le deal, la direction sportive du Torino - David Vignati en tête - a tout fait pour faire signer Vovjoda en premier. Et elle y est parvenue, ce lundi, contre un chèque de 5,5 millions d’euros hors bonus (et un pourcentage à la revente).

De quoi permettre au Standard de réaliser une belle plus-value financière pour un joueur acheté 900 000 € hors bonus l’été dernier, même si Mouscron touchera 15 % de la plus-value du transfert, soit environ 700 000 €.

Mergim Vojvoda, qui passera sa visite médicale chez le 16e de la dernière Serie A ce mercredi avant de parapher un contrat de cinq ans, va désormais devoir être remplacé au sein de l’effectif de Philippe Montanier. Grâce à l’arrivée d’un nouvel arrière droit (qui ne sera pas Alessandro Ciranni de Mouscron). À moins que la solution ne soit trouvée en interne, avec le jeune et prometteur Hugo Siquet (18 ans), qui a récemment signé son premier contrat pro et dont les qualités de centre et de coups de pied arrêtés sont très appréciées au sein de l’Académie liégeoise.