Il y a cinq ans, Yannick Ferrera remportait le plus beau trophée de sa carrière : une Coupe de Belgique avec le Standard, face au Club Bruges (2-1). Mais quelques mois plus tard, en septembre 2016, il était démis de ses fonctions juste avant l’entrée du Standard en Europa League.

"Cela reste mon pire souvenir car j’ai respecté tout le monde et je n’ai pas apprécié la manière, qui n’a pas été honnête. Mais ce n’est pas le seul souvenir que je garde du Standard, où j’avais une super relation avec les joueurs, l’entourage de l’équipe et certaines personnes de la direction. Gagner la Coupe a été une superbe émotion. Mais je ne savais pas, à ce moment-là, que j’étais sur la sellette…"

Cette émotion de victoire, les Liégeois pourraient la revivre ce dimanche, contre Genk. Avec Mbaye Leye dans le rôle de Yannick Ferrera. "On a eu une altercation lorsqu’il était joueur car on a deux caractères chauds mais je lui souhaite de gagner cette finale. Puis d’être traité d’une autre manière que moi…"

En tant qu’ancien vainqueur, quel conseil donnerait-il ? "Être positif dans sa préparation, mettre les joueurs dans les meilleures dispositions mentales possible et répéter des exercices dans lesquels les joueurs ont de bonnes sensations. Une finale n’est généralement pas un match tactique. Il est surtout question de forme du moment… et de chance."

Pour voir l'entièreté de l'Interview dans nos colonnes, c'est ici !