Reportée à cause du Covid, la réunion entre la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, les représentants de la Pro League (Pierre François), de la RBFA (Peter Bossaert) et des clubs de supporters s’est finalement tenue virtuellement ce mardi. Elle faisait suite à la volonté politique de punir plus durement l’usage d’engins pyrotechniques dans les stades. Une volonté qui se heurtait frontalement à celle des supporters qui regrettaient une diabolisation et une incompréhension du mouvement Ultra. 

Depuis la genèse de ce projet de loi, les craquages et autres banderoles jaillissaient régulièrement aux quatre coins du pays en signes de protestation. Mais la discussion d’hier s’est déroulée dans un climat serein entre des parties "ouvertes au dialogue". Elle a été jugée particulièrement constructive. Chacun a fait un pas vers l’autre. Les supporters se sont engagés à essayer d’éradiquer les jets de pétards et autres gobelets ; tandis que le politique s’est montré ouvert à l’élaboration d’un plan d’action pour un usage encadré et responsable de la pyrotechnie. Une prochaine réunion, en collaboration avec la police, devrait permettre d’établir un protocole et une phase de test. Une fameuse avancée.