Deux mi-temps unionistes différentes pour un partage au Racing Luxembourg

Menés au score, les hommes de Geraerts ont su réagir après la pause.

Deux mi-temps unionistes différentes pour un partage au Racing Luxembourg
©BELGA

Après trois rencontres dans sa préparation d’avant-saison, l’Union est toujours invaincue. Ce mercredi soir, les hommes de Karel Geraerts ont remonté un retard de deux buts pour finalement partager l’enjeu face au Racing Luxembourg (2-2).

Une rencontre que n’a pas jouée Guillaume François, ménagé en raison d’une douleur aux adducteurs, ni Casper Nielsen qui est toujours dans l’attente d’un transfert. Contrairement aux deux premiers matchs amicaux, le Danois n’était pas présent aux abords du terrain de Marloie sur lequel les Bruxellois ont joué deux mi-temps très différentes.

En première période, avec trois nouveaux transferts (Sykes, Boone et Eckert) et certains jeunes, ils ont d'abord dominé leur adversaire avec une large possession du ballon mais sans se créer de réelles occasions… tout en encaissant deux buts. "Ces deux buts encaissés ne sont pas anecdotiques, ils me font rager, expliquait à l'issue du match Anthony Moris qui jouait ses premières minutes au sein de l'Union version 2022-2023. Nous jouons avec deux nouveaux défenseurs centraux (NdlR : Sykes et Boone) qui doivent s'adapter au nouveau système de jeu demandé par le coach. Ils avaient l'habitude de jouer dans une défense à quatre alors que nous jouons à trois derrière. Le système mis en place à l'Union est très spécifique et il a fallu du temps pour que tout le monde le comprenne. Nous leur montrons des vidéos et travaillons quotidiennement avec eux pour qu'ils assimilent et comprennent ce qu'on leur demande le plus vite possible."

Réaction en deuxième mi-temps

Après la pause, le T1 unioniste décidait de réaliser plusieurs changements qui ont permis de rééquilibrer l’équipe. Teuma, Vanzeir ou encore Adingra, officiellement prêté par Brighton depuis ce lundi ont reçu du temps de jeu pour la première fois depuis le début de la préparation.

Avec son capitaine, son buteur et son nouveau joueur ivoirien qui a déjà montré sa vitesse et sa technique même s'il doit soigner son dernier geste, l'Union a réussi à revenir au score grâce à une belle réaction collective. "Les nouveaux joueurs qui sont montés au jeu à la mi-temps avaient envie de se montrer, continue Moris qui avait entre-temps laissé sa place à Pirard entre les perches. Chaque joueur veut montrer qu'il est prêt pour le début du championnat. Adingra ? Ce n'est pas pour rien que Brighton l'a recruté. Le terrain était compliqué pour qu'il nous montre toutes ses capacités mais de ce que j'ai vu de lui aux entraînements, c'est de bon augure…"

Même si la victoire n’est pas au bout, Karel Geraerts a donc pu quitter Marloie avec plusieurs motifs de satisfaction mais aussi quelques points de travail clairs. Si les mauvais choix dans le rectangle adverse ont été nombreux, l’équipe a su hausser son niveau au bon moment en se reposant sur ses cadres. L’entraîneur unioniste a aussi relancé Senne Lynen pour la première fois depuis sa grave blessure au genou encourue en octobre 2021.

Un premier déplacement européen

Désormais, le regard des joueurs est tourné vers Brighton où l'Union se rend ce samedi pour un match "entre frères". Dans la foulée, deux autres déplacements européens sont au programme avec un duel contre le Sporting Portugal en Algarve et un autre aux Pays-Bas face à Feyenoord Rotterdam. Une sorte de répétition générale avant les barrages de la Ligue des champions qui arrivent début août et qui seront suivis, en cas de non-qualification pour cette compétition, de la phase de groupes de l'Europa League. "C'est très intelligent de la part du club de nous faire jouer ces matchs européens, conclut Anthony Moris. Ce sera un bon indicateur qui nous permettra de savoir ce qui nous attend et de voir la façon avec laquelle nous saurons digérer les voyages européens."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be