Malgré un retard physique, la nouvelle recrue unioniste montre déjà son utilité.

C’est avec un quatuor offensif inédit, composé d’Aguemon, Da Silva, Fixelles et Aoulad que l’Union a méritoirement pris la mesure d’une équipe d’OHL décevante. Arrivé récemment, le dernier nommé a épaté en tenant 90 minutes, lui qui n’avait plus joué de match entier depuis plus de six mois, tout en apportant son écot au jeu séduisant des siens.

"Le coach nous avait demandé de presser l’adversaire. Car OHL aime bien construire en partant de derrière. En plus nous sommes parvenus à varier nos attaques. Je crois qu’on peut être fier de ce que nous avons réalisé devant, même si c’est toute l’équipe qui est à féliciter", explique l’intéressé, qui est déjà comme un poisson dans l’eau à l’Union. "Je suis au club depuis deux semaines à peine, mais je m’y sens super bien. J’ai été très bien accueilli. L’ambiance est familiale. J’ai refusé de prolonger à Westerlo où l’on était pourtant content de moi, car je voulais retrouver du plaisir dans une bonne équipe de D1B, plutôt que de continuer à jouer au sein d’une formation songeant uniquement au maintien un étage plus haut. C’est plus motivant pour un offensif."

L’Antwerp et Roulers étaient venus aux nouvelles, mais l’Union a su convaincre le Bruxellois de renoncer à d’autres propositions, notamment étrangères.

"Marc Grosjean s’est montré très convaincant. Il me voulait absolument. Ses arguments m’ont séduit."

Mohammed ne tarit pas d’éloges sur ses coéquipiers de la division offensive.

"On se complète à merveille : Fixelles, c’est le combatif par excellence, Aguemon a du culot à revendre et Da Silva beaucoup de vista. Quant à moi, je vous laisse juge."

Et si Momo était une synthèse des trois autres ?

"C’est vous qui le dites", conclut-il en riant.


Kaminiaris a remis les pendules à l’heure

En difficulté quelques jours plus tôt face à une équipe de Roulers très réaliste, Georgios Kaminiaris s’est montré nettement plus à son affaire contre OHL, prêtant même régulièrement main-forte à ses coéquipiers de la division offensive.

"Ce n’est pas étonnant, car je n’avais disputé que des petits bouts de matchs ces derniers temps. Je manquais donc de rythme contre Roulers. Face à OHL, cela allait mieux", analyse l’ancien pensionnaire de La Louvière, Boussu Dour, Ostende et Mons. "Je suis arrivé au début de la saison dernière après avoir disputé une excellente campagne avec les Montois. Au départ, j’étais prévu comme numéro un. Mais Geoffrey Cabeke a réalisé une entame en boulet de canon et n’a jamais fléchi par la suite. J’ai donc dû me contenter de quelques apparitions."

L’arrière gauche n’a pas baissé les bras. "D’autant que j’ai un excellent contact avec Geoffrey. C’est un super joueur, bruxellois dans un club de la capitale de surcroît."

Mais les problèmes à la cheville et au pied de son concurrent lui ont permis de recevoir davantage de temps de jeu.

"Geoffrey ne va toutefois pas tarder à revenir. Ce sera alors au coach de décider qui jouera. En attendant, je me donne à fond et tente d’appliquer le mieux possible les consignes. Contre OHL, cela a bien fonctionné. Et comme à l’aller, on a su garder le zéro derrière. Ce n’est jamais que la 2e fois cette saison; d’où notre satisfaction. Marc Grosjean nous avait demandé une concentration maximale pour éviter les approximations des matchs précédents. Et malgré les absents (NdlR : Massengo, Vandiepenbeeck, Cabeke alors que Martens s’alignait diminué par une blessure à la cheville), nous y sommes parvenus. C’est excellent pour la confiance même s’il faudra confirmer, tant défensivement qu’offensivement, dimanche prochain à Lommel, face à un adversaire qui vient lui aussi de se relancer."