Décidément, il ne vaut mieux pas être cardiaque pour suivre les matchs de l’Union Saint-Gilloise. Une fois de plus, les Jaune et Bleu sont passés par toutes les émotions possibles. La rage, l’incompréhension, la tristesse puis la joie. Et chaque acteur sur le terrain y est passé.

En conférence de presse, Felice Mazzù entamait les hostilités en parlant directement de la volonté de ses troupes et de leur caractère incroyable.

"Ce qu’il faut mettre en évidence après cette rencontre, c’est cette mentalité, cet état d’esprit avec des joueurs incroyables. On prend des buts évitables qui succèdent des phases arrêtées mais on analysera ça plus tard. Mes joueurs méritent cette belle victoire. C’est un groupe de joueurs fantastiques et je peux le dire, cela va être compliqué de retravailler avec un groupe pareil."

C’est sûr que cette grâce à mentalité exemplaire que les Saint-Gillois ont inversé la tendance pour finalement l’emporter face aux Brugeois.

Pour y arriver, Felice Mazzù a dû employer les grands moyens en changeant de système et un joueur à la pause pour complètement relancer la dynamique saint-gilloise.

"Ça n’a pas été facile. J’ai dit aux gars dans le vestiaire à la pause que s’ils n’y croyaient pas, ils ne devaient pas remonter sur le terrain. On a adapté certaines choses et on a fait jouer des joueurs pas à leur poste. Mitoma, pur flanc gauche, a joué back gauche en deuxième mi-temps. On a mis tout en notre pouvoir pour inverser le score. On a pris tous les risques et cela a été payant", détaillait le T1.

"Qu’on ne parle pas de chance. Je ne veux pas voir dans le journal ce dimanche que nous avons gagné chanceusement avec ce dernier but. Ce serait immérité pour le groupe, honnêtement", poursuivait le T1 saint-gillois, qui a donné trois jours de repos mérités à ses troupes.