Des perquistions ont eu lieu, ces lundi et mardi 17 et 18 mai, au siège du club de football de l'Union Saint-Gilloise. L'enquête ne concerne pas directement le club mais son école des jeunes, une entité juridiquement distincte, annonce la RTBF sur son site Internet aujourd'hui.

Ces perquisitions, menées la demande d'un juge d'instruction, on trait à une enquête sur la gestion de l'école des jeunes de l'Union Saint-Gilloise. Révélé par le magazine Médor au début de l'année passée, ce dossier a mis au jour une série de retraits d'argent en cash sans pièces justificatives par le directeur de l'école des jeunes de l'époqué : l'échevin molenbeekois Abdellah Achaaoui (PS).

Dans nos colonnes, Abdellah Achaaoui s'était défendu de toute fraude. Et avait justifié les retraits en cash. Il y expliquait recevoir 500 euros par mois pour son travail de directeur sportif de l’EDJ sous forme de défraiements. Ceci dans le cadre d’un contrat de bénévole permettant à des personnes déjà employées ailleurs d’être défrayées pour leur activité bénévole à condition qu’elles ne dépassent quelque 6 000 euros de revenus par an. Il reçoit également 1 200 euros par mois en tant que consultant pour la direction du club, structure privée faut-il le rappeler.

En encaissant ces 500 euros mensuels, Abdellah Achaoui enfreint la loi à deux reprises. D’une part, les statuts historiques de l’ASBL École des jeunes de l’Union Saint-Gilloise stipulent clairement que "les administrateurs agissent en collège et exercent leur mandat à titre gratuit"

D’autre part, la loi du 18 juillet 2018 régissant le travail associatif stipule, elle aussi, qu’un tel contrat de bénévole ne peut être délivré à un bénévole que par "toute association de fait ou personne morale de droit privé ou de droit public qui ne distribue ou n’octroie, directement ou indirectement, un quelconque avantage patrimonial aux fondateurs, aux administrateurs ou à toute autre personne […]." Or, outre son (ex-) poste de directeur sportif, Abdellah Achaoui était également membre du conseil d’administration de l’École des jeunes de l’Union Saint-Gilloise… En d’autres termes, il s’octroyait lui-même un défraiement… illégal.

L'Union saint-gilloise a rapidement communiqué suite aux révélations de la RTBF : "La RUSG confirme que des perquisitions ont eu lieu ce mardi au siège de l'ASBL Ecole des Jeunes dans le cadre d'une enquête relative à l'octroi d'un subside à l'ASBL Ecole Des Jeunes pour la saison 2019-2020. L'enquête porte sur des informations qui étaient déjà parues dans la presse en janvier 2020. Les enquêteurs ont pu accéder à toutes les informations nécessaires et peuvent compter sur la totale collaboration de l'ensemble des membres des composantes du Matricule 10. S'agissant d'une enquête en cours, il ne sera fait aucune autre déclaration dans ce dossier."