Pour la première fois depuis trois ans, Gand jouera à guichets fermés à la Ghelamco Arena ce dimanche. Une fierté pour Hein Vanhaezebrouck. "Remplir ce stade a toujours été un objectif pour moi."

Mais il n’y avait pas besoin de 20 000 personnes dans un stade pour motiver l’entraîneur face au Sporting. Parce qu’il y a une place en playoffs 1 en jeu, mais pas seulement. "Anderlecht a été la période la plus compliquée de ma carrière de coach. Il se passait des choses dans le club sur lesquelles je n’avais aucune prise. Tu voyais des gens arriver, d’autres partir. Un va-et-vient incroyable. Il y avait un combat interne et j’ai été victime de ça, comme les joueurs de l’époque."


"Je n’aurais pas dû y aller et j’aurais dû partir plus vite"

HVH ne veut pas transformer l’affiche en revanche pour autant, trois ans et demi après son C4. "Parce que je n’ai plus besoin de me montrer, même contre eux. Mais c’est certain qu’à refaire, je n’aurais pas signé au Sporting. Et j’aurais aussi dû partir plus rapidement. Peut-être que ma carrière aurait été différente. Ce n’était jamais tranquille et le groupe de joueurs n’était pas le plus fort de l’histoire du club. Apparemment, il est maintenant plus agréable de travailler à Anderlecht."