Plus que jamais, certaines compétitions sont frappées de plein fouet par la pandémie. Au centre de toutes les attentions: le variant Omicron. Après la Premier League, qui a dû reporter des matchs en décembre, c'est au tour de la Liga d'être dûrement touchée. Atletico Madrid - Rayo Vallecano est déjà plus que menacé car les Colchoneros ont quatre joueurs plus Diego Simeone en quarantaine tandis que 17 cas ont été détectés dans l'équipe adverse.

Et la Pro League dans ce marasme ambiant ? Pour le moment, elle est relativement épargnée. Mais, comme dit l'adage, mieux vaut prévenir que guérir. Pour tenter de résister aux contaminations, la Pro League va durcir son protocole Covid.

Tests en pagaille et dose de rappel

Les différents clubs devront obligatoirement tester ceux qui rentrent de vacances à l'étranger avant le premier entraînement de la pause hivernale. Objectif: éviter que des joueurs infectés ne contaminent leurs propres coéquipiers avant la reprise.

En plus de cette mesure, tous les joueurs et membres du staff devront subir un nouveau test PCR 30 heures avant le coup d'envoi de la 22e journée de championnat. Soit le week-end du 14 janvier. Après cette date, il ne sera plus obligatoire de tester les joueurs qui ne présentent pas de symptômes.

En plus des tests, la vaccination est l'autre grand chantier de la Pro League. Ainsi, les joueurs et membres du staff auront l'obligation d'injecter la dose de rappel avant le 13 janvier. Le vaccin n'étant pas obligatoire, ceux qui refusent de se soumettre à cette mesure devront se faire tester avant le début de chaque rencontre. Toutes les personnes positives devront également se mettre en quarantaine pour une période minimale de dix jours.